Interviews

La gendarmerie sur le Tour de France 2020

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Depuis 2009, l’Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) compte dans son périmètre d’action les enquêtes relatives au dopage dans le sport de haut niveau. Un binôme de l’Office est présent lors de chaque étape du Tour de France. Le capitaine Patrick Lefebvre, commandant de division adjoint de l’OCLAESP, nous décrit leurs missions.

« Notre mission principale est d’ouvrir une enquête en cas de contrôle anti-dopage positif. Nous en sommes les premiers informés, avant la notification au coureur.

Nous effectuons alors immédiatement une perquisition dans la chambre d’hôtel, avec le soutien de la Brigade de recherches (B.R.) ou la Section de recherches (S.R.) concernée, si possible en présence d’un TIC (Technicien en Identification Criminelle) et d’un NTech. L’objectif est de remonter la trace du produit, car le fait de se doper ne constitue pas une infraction. Seule la détention de produits dopants en est une.

Notre seconde mission est de nouer des liens avec le monde du cyclisme. C’est essentiel d’avoir un contact régulier avec les gens de terrain, afin d’obtenir de bons renseignements. »