Interviews

La gendarmerie sur le Tour de France 2020

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Depuis cette année, deux équipes cynophiles, appuyées par des militaires du peloton d'intervention de la Garde républicaine, ont pour mission la Recherche d’explosifs sur personne en mouvement (REXPEMO), afin de sécuriser les sites fixes au départ et à l'arrivée. Le Maréchal des logis-chef (MDC) Salvatore, du peloton d’intervention du 2e régiment d’infanterie de la Garde républicaine, nous explique le dispositif.

« Nous avons pour mission la Recherche d’explosifs sur personne en mouvement (REXPEMO), en appui des deux équipes cynophiles présentes depuis cette année sur le Tour de France. Nous engageons cinq militaires du 1er régiment d’infanterie au départ et cinq du 2e régiment à l’arrivée. Les patrouilles commencent une heure et demie avant l’ouverture du Village, au départ, et une heure et demie avant le podium protocolaire, à l’arrivée ; chaque patrouille dure entre 30 et 45 minutes, puis on recommence avec le second chien pendant que le premier se repose.

Le chien passe au milieu de la foule et, s’il sent une odeur qu’il reconnaît, il suit la personne. C’est là que nous intervenons pour créer une bulle d’exclusion, en éloignant les spectateurs. Nous demandons à la personne ciblée de montrer ses mains, puis d’ouvrir son sac, avant de procéder à un déshabillage partiel. Le chien effectue alors un second passage et s’il confirme la présence d’explosifs, nous faisons appel au démineur pour la levée de doutes. »