Portraits

Alexandre, la voix de la caravane gendarmerie du Tour de France

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© SIRPA - Brice Lapointe

Pendant trois semaines, la caravane de la gendarmerie parcourt les routes de France, diffusant des messages de prévention avant le passage des coureurs. Au micro, le gendarme Alexandre les énonce avec entrain et dynamisme, avec un ton adapté à l’ambiance du Tour.

Événement à part entière du Tour de France, le passage de la caravane est très attendu par les milliers de spectateurs qui se massent sur le bord des routes. Chaque jour, 150 véhicules parcourent des centaines de kilomètres et distribuent des cadeaux publicitaires. Parmi eux, la gendarmerie dispose d’une place de choix, la deuxième. Sa fonction n’y est pas pour rien. En plus du traditionnel jet de goodies, elle diffuse des messages de prévention, afin d’éviter tout accident sur la route du Tour. En son sein, douze caravaniers, tous gendarmes, assurent la mission. Mais l’un d’eux occupe une place particulière. Il s’agit de l’animateur. Cette année, c’est Alexandre, 26 ans et gendarme à la brigade de Saint-Avé, dans le Morbihan, qui endosse le rôle. Sur les routes du Tour, durant trois semaines, il est la voix de la gendarmerie.

Sur la route de la caravane du Tour

Le 1er juillet, les cyclistes prennent le départ de la Grande Boucle. C’est toutefois la caravane publicitaire du Tour qui foulera la première l’itiné..

Lire la suite...

Entre animation et prévention

« Ne restez pas sur la chaussée. N’oubliez pas, votre vie vaut plus cher qu’un cadeau publicitaire. » Depuis le 1er juillet, Alexandre répète cette phrase plusieurs fois par jour, afin de prévenir tout accident. La sécurité routière est en effet l’un des enjeux prioritaires du Tour, et il ne s’agirait pas qu’un spectateur soit percuté. Et ce message n’en est qu’un parmi tant d’autres sur la longue liste de ceux diffusés par l’animateur. « On rappelle aux spectateurs les gestes à avoir, ce qu’il ne faut pas faire. Tout ça sur un ton festif, à l’image du Tour. »

© Tous droits réservés

Le but de la caravane est en effet de « mettre l’ambiance dans le public », comme le dit Alexandre. Et le jeune gendarme maîtrise le sujet. « J’ai été animateur en club vacances, puis D.J. en discothèque, donc l’animation je connais. C’est aussi mon troisième Tour de France à ce poste. » Alors, entre deux messages de prévention ou de recrutement, sur fond de musiques actuelles, il interpelle les spectateurs, soulignant les déguisements des uns ou l’enthousiasme des autres. Sans oublier d’avoir un petit mot pour les gendarmes en sécurisation, dont il rappelle l’importance de la présence.

© SIRPA - Brice Lapointe

Une expérience hors du commun

« Quand l’appel à volontaires est tombé, j’ai tout de suite postulé, explique le jeune gendarme. Je ne suis pas un fan de vélo, mais le fait de pouvoir lier ma passion pour l’animation et mon travail, c’était une occasion en or. » Sans compter que, fan ou non de vélo, le Tour de France est un incontournable du sport français. « Depuis que je suis petit, je connais le Tour de France. Représenter l’Institution par laquelle je suis passionné, tout ça dans une ambiance festive, c’était vraiment une belle opportunité. » Et Alexandre ne s’était pas trompé.

On a conscience qu’on est privilégié. On profite au maximum de cette expérience

De ses deux premiers détachements, qu’il décrit comme « une superbe expérience », il garde des souvenirs impérissables. Notamment un, en 2019, lors d’un départ en Belgique, où il avait eu un très bon contact avec les policiers belges. Mais de manière générale, c’est toute l’expérience qu’il garde en tête. « C’est une mission, il faut rester concentré, on ne peut pas raconter n’importe quoi, car on représente la gendarmerie. Mais on l’exerce dans un autre cadre. Ce qui me plaît le plus, c’est de changer du quotidien. »

© SIRPA - Brice Lapointe

« Montrer une image positive de la gendarmerie »

Le Tour de France est aussi l’occasion d’échanger avec les autres institutions, mais pas que ! Au sein de la caravane du Tour, les représentants des marques sont nombreux. « La caravane est un peu comme une petite famille. On se voit tous les matins, au départ. On échange des goodies, on discute, on danse lors de la chorégraphie organisée… C’est vraiment une bonne ambiance. »

© SIRPA - Brice Lapointe

Malgré l’uniforme, qui constitue parfois une barrière pour certains au premier abord, les caravaniers se sont parfaitement intégrés au groupe, grâce à leur bonne humeur et leur entrain. « C’est important aussi pour la valorisation de l’Institution, car la caravane compte plus d’une centaine de personnes. Si ça se passe bien, si le contact est bon, ils garderont une bonne image de la gendarmerie. »

Les caravaniers véhiculent également cette image auprès des spectateurs du Tour, sur les routes de France. « On cherche à montrer une image dynamique de la gendarmerie. Une gendarmerie préventive, et non pas seulement répressive comme la perçoivent, à tort, certaines personnes. » Et de manière générale, cela fonctionne ! Au passage des quatre véhicules de la gendarmerie, nombreux sont ceux qui dansent ou applaudissent. Mission réussie donc pour Alexandre et ses camarades.