Portraits

« Gendarme par vocation, marin par passion »

Auteur : la gendarmerie maritime - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Forces armées aux Antilles - Défense

Chef de quart à bord du Patrouilleur côtier de gendarmerie (PCG) Violette, le maréchal des logis-chef Jérémy revient sur le parcours qui l’a conduit à porter deux casquettes : celle de marin et celle de gendarme !

Outre sa passion pour le monde maritime, ce qui a toujours séduit Jérémy dans la gendarmerie, c’est la variété des métiers proposés. Très intéressé par la fonction judiciaire, la gendarmerie maritime lui a permis d’allier ces deux casquettes : marin et gendarme.

C’est en 2010 qu’il rejoint les rangs de l’Institution, en qualité de gendarme adjoint volontaire. Il officiera sous ce statut pendant neuf mois, avant d’intégrer l’école de gendarmerie de Montluçon pour devenir sous-officier.

À l’issue de sa formation, il intègre l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 24/5 de Grenoble, où, pendant trois années, il est affecté au Peloton de gendarmerie de montagne (PGM), l’un des maillons de la chaîne dédiée au secours en montagne.

En 2015, le maréchal des logis-chef Jérémy répond à un appel à volontaires pour intégrer la spécialité « navigateur » au sein de la gendarmerie maritime. Retenu, il passera quatre mois au Centre national d’instruction de la gendarmerie maritime (CNIGM), à Toulon, avant de poursuivre sa formation à Lanvéoc-Poulmic, en Bretagne, au sein de l’École navale de la Marine nationale, avec neuf mois de cours théoriques. Pour Jérémy, cette nouvelle étape de sa carrière aura été un réel défi, puisqu’il a dû tout apprendre de la navigation militaire en quelques mois.

À la suite de l’obtention de son Brevet supérieur technique (BST), il devient successivement chef de quart à bord du Patrouilleur côtier de gendarmerie (PCG) Géranium, basé à Lorient, puis du PGC Athos, à Cherbourg, et, enfin, du PCG Violette, basé à Pointe-à-Pitre, à la Guadeloupe. Depuis, il a également obtenu le diplôme d’Officier de police judiciaire (OPJ), qui lui permettra, un jour, de commander des vedettes et de petits bâtiments.

Aujourd’hui, après trois années passées dans les Antilles françaises, il est en attente de sa mutation à Concarneau. Son prochain objectif : passer la certification de plongeur de bord... pour gagner une nouvelle casquette !