Portraits

Premiers pas sur le terrain après seulement trois mois d’école

auteur : l'adjudant Alexandre Boulais avec le SIRPAG - publié le
L'élève gendarme Annaelle effectue ses premiers pas sur le terrain après seulement trois mois passés en école.
© Cabcom région Bretagne

L’élève gendarme Annaelle fait partie des 3 700 jeunes en formation initiale déployés de manière anticipée, sur tout le territoire, pour répondre aux mesures gouvernementales et renforcer les effectifs en unité, dans le contexte actuel de crise sanitaire. Détachée à la brigade territoriale de Paimpol, elle témoigne de cette expérience hors norme.

À travers sa licence de psychologie, Annaelle a appris à décrypter les émotions. Pourtant, tout se mélange lorsque, après seulement trois mois et demi de formation à l’école de gendarmerie de Châteaulin, elle apprend son départ immédiat en unité : « Ils nous ont annoncé à l’école que nous devions nous tenir prêts à partir dans la minute pour être affectés sur le terrain », explique la jeune femme de 23 ans.

L’information engendre une certaine pression dans les rangs, mais les nouvelles recrues n’ont pas vraiment le temps de réfléchir : « Dès le lendemain matin, nous étions prêts à partir en détachement ». En effet, face à l’épidémie de coronavirus, la manœuvre inédite opérée dans les écoles de gendarmerie consiste à projeter 3 700 élèves sur le terrain, en prenant en compte leur temps de scolarité : une affectation en avance de phase pour les élèves gendarmes ayant au moins six mois de formation et un détachement en stage d’immersion pour les autres.

Une manœuvre inédite pour les écoles de gendarmerie

Afin de se conformer aux mesures gouvernementales liées à l’épidémie de coronavirus tout en renforçant les effectifs sur le terrain pour faire face à..

Lire la suite...

Afin de faciliter ce déploiement, notamment en termes d’hébergement, le Commandement des écoles de la gendarmerie nationale (CEGN) a privilégié un détachement au plus près du domicile des élèves gendarmes.

Ce n’est donc pas un « rendez vous en terre inconnue » pour Annaelle, qui est arrivée à la brigade de Paimpol, ville bretonne dont elle est originaire ! Elle a tout de suite été prise en charge par le personnel de l’unité, qui l’a accueillie chaleureusement et mise en confiance. « Ils m’ont bien expliqué le but de cette mission en tant qu'élève gendarme. Je suis ravie d’évoluer au sein de cette brigade ». D’autant que la jeune femme se révèle être un atout précieux puisqu’elle connaît parfaitement sa région.

« Ce métier s’apprend sur le terrain ! ». Faisant sien l’adage de ses aînés, Annaelle n’a pas attendu pour accompagner ses nouveaux camarades en mission. Elle a ainsi pu découvrir les spécificités de cette unité du littoral, en participant au contrôle des mesures de confinement sur l’île de Bréhat. Une première expérience déjà très enrichissante pour la jeune femme, notamment au regard de son binômage avec un gendarme expérimenté.

Cabcom région BretagneCabcom région Bretagne
© Cabcom région Bretagne

Pour effectuer la traversée jusqu’à l’île, les gendarmes ont dû embarquer sur la vedette de la brigade nautique de Lézardrieux. Arrivés à bon port, ils ont commencé par rencontrer le maire, avant de contrôler les personnes embarquant sur la dernière liaison maritime.

Annaelle, qui avait prêté serment le matin même auprès du tribunal, a ainsi pu vérifier les attestations présentées, en écoutant les conseils avisés de son binôme. Son premier contrôle s’est déroulé sans encombre, avec le sourire et dans le respect des mesures barrières !

Cabcom région BretagneCabcom région Bretagne
© Cabcom région Bretagne

Ce début de carrière atypique restera dans les mémoires des 3 700 élèves, dont fait partie Annaelle. Leur engagement à travers ce renfort marque d’ores et déjà toute leur « famille gendarmerie » et constitue un bel exemple pour les générations à venir !

Cabcom région BretagneCabcom région Bretagne
© Cabcom région Bretagne