Portraits

Une référente nationale pour l’égalité et la diversité en gendarmerie

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Gendarmerie nationale

Depuis le 16 août 2021, la capitaine Marie-Ange Detey occupe les fonctions de référente nationale « Égalité & diversité ». Portrait.

Érigées en grandes causes du quinquennat, la promotion de l’égalité professionnelle et la lutte contre toutes les formes de discrimination sont des principes auxquels aucune organisation ne peut déroger. Dans toutes ses composantes, la gendarmerie prend en compte ces enjeux et a signé, en juin 2021, un nouveau plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle, de la diversité et pour la lutte contre les harcèlements, discriminations et violences. Traduction même de la volonté de placer au cœur de sa stratégie ces valeurs fortes, celui-ci est porté par la Référente nationale égalité-diversité (RNED), la capitaine (CNE) Marie-Ange Detey.

De référente locale à référente nationale

Investie dans le domaine des ressources humaines depuis son intégration au sein de la gendarmerie, l’officière, qui a toujours été « au cœur de l’humain, tournée vers les autres », accorde une importance toute particulière au respect de l’autre et à l’intégration de chacun. Ainsi, depuis 2012, elle a endossé le rôle de Référente égalité-diversité (RED) au niveau local, lors de ses différentes affectations, et celui de Coordinatrice égalité-diversité (CED) au sein de la région Île-de-France. Elle a alors été formée à l’écoute active et à l’accompagnement des personnels.

J’aime les gens et j’ai le sens de l’autre. C’est indispensable pour être RED.

Au fil des années, la CNE Detey a fait face aux problèmes de ceux qui viennent trouver en elle une oreille attentive et un moyen de s’en sortir. « Le RED est un capteur d’alerte. Il ne porte aucun jugement et donne des informations sur les systèmes existants pour faire face à une situation de harcèlement, de violence ou de discrimination. Une fois le contact pris, il doit vérifier les faits et rendre compte à sa hiérarchie. » Son implication durable l’amène au poste de suppléante, avant d’être nommée, en août 2021, référente nationale égalité-diversité.

Les missions de la référente nationale

Au quotidien, la CNE Detey est chargée d’animer le réseau des 433 RED de proximité, en s’appuyant sur les 43 CED, qui déclinent la politique d’égalité & diversité au sein des régions. S’ils font preuve d’une écoute active, ils doivent également porter à la connaissance de la hiérarchie les difficultés rencontrées par un personnel. « Ne rien faire, c’est consentir », rappelle la capitaine Marie-Ange Detey. Elle forme et sensibilise les RED à assumer ce rôle à grande responsabilité. En lien avec eux, elle prépare les audits de renouvellement de la double labellisation « Égalité professionnelle » et « Diversité », que détient la gendarmerie depuis 2018. Cela se caractérise par la multiplication des actions et la mise en place de dispositifs à tous les niveaux, local et national, dans l’ensemble des domaines.

L’égalité-diversité, un enjeu majeur

« La différence est une richesse en gendarmerie, c’est ce qui fait la force de notre institution. » À ce titre, elle ne doit pas être source de discriminations, mais doit être protégée et encouragée. Chaque jour, la référente nationale s’attache donc à faire connaître le réseau RED. « Celui-ci mérite d’être connu et reconnu. Le harcèlement, les violences et les discriminations sont intolérables. C’est important que les personnels en aient conscience et sachent qu’il existe des moyens pour les faire cesser. »

Le recours au RED est une solution. La gendarmerie dispose aussi d’une plateforme, « Stop Discri », qui permet de signaler à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) toute forme de discrimination. Sans oublier le rôle de la chaîne de concertation.

Certains stéréotypes sont persistants et nuisent à l’acceptation de cette diversité. « On a tous des préjugés. Mais si on en a conscience, qu’on les corrige, il y a moins d’inégalités », explique la capitaine. Faire évoluer les représentations est l’un des rôles essentiels des RED, afin de développer une culture de l’égalité professionnelle et de l’acceptation de la diversité au sein de l’institution.

Que représente le 8 mars ?

Journée internationale pour les Droits des Femmes, le 8 mars est l’occasion pour la CNE Detey de valoriser le rôle des femmes au sein de l’arme. « Au sein de la gendarmerie, les métiers ne sont pas que masculins. Le 8 mars permet de rappeler qu’il existe une égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, et que ces dernières peuvent exercer des métiers tout aussi diversifiés dans l’institution. Bien sûr, il faut en parler toute l’année, mais cette journée permet d’y mettre tout particulièrement l’accent. »

Au sein de l’institution, la place des femmes ne fait plus débat depuis plusieurs années déjà. La gendarmerie affiche un taux de féminisation de 22,3 %, et les femmes sont présentes dans toutes les spécialités, notamment depuis la généralisation de l’accès à la gendarmerie mobile en 2016, et dans tous les corps. Afin de poursuivre cette progression, de nombreux moyens sont mis en place, notamment pour favoriser l’équilibre des temps de vie, afin de limiter les départs anticipés, qui concernent encore principalement les femmes.