Recheche

30 résultat(s) trouvé(s)

La gendarmerie de l'armement

La gendarmerie de l’Armement a été créée en 1973 pour faire suite aux événements de mai 1968 ayant constitué une menace grave à l’égard de la protection du secret de la défense nationale. Formation spécialisée de la gendarmerie nationale forte d'environ 280 militaires, elle est chargée d’exécuter les missions de police administrative, judiciaire et militaire sur tous les sites relevant de l’autorité du délégué général pour l’Armement, et dont elle participe à la protection. Elle assure également la protection des hautes autorités de la DGA.

La gendarmerie au Mali

Ce dossier vous emmène en opérations extérieures, à la rencontre des gendarmes projetés au Mali, qu’ils œuvrent au sein de la mission Eucap Sahel Mali, de la composante police de la Minusma, de la prévôté déployée auprès de la force Barkhane, qu’ils soient affectés à la protection des emprises diplomatiques ou encore qu’ils apportent leur expertise au sein de la Weapon intelligence team ou du laboratoire Counter-IED. Embarquement immédiat !

La proximité numérique

Pour répondre aux besoins spécifiques de chaque territoire et aux attentes de la population, la gendarmerie s’adapte et se transforme sans cesse, en phase avec les évolutions sociétales et technologiques. La transformation numérique, engagée avec le projet d’équipement Néogend, a ainsi franchi un palier supplémentaire important avec le lancement, en février 2018, de la brigade numérique, permettant à la gendarmerie d’offrir une proximité renouvelée avec le citoyen, tout en travaillant déjà sur les évolutions futures de la proximité numérique.

La cynotechnie en gendarmerie

L’arrivée du chien en gendarmerie ne date que de la seconde moitié du XXe siècle. Mais en quelques décennies, l'Institution a su acquérir un savoir-faire cynotechnique désormais reconnu au niveau international. La gendarmerie compte aujourd’hui quelque 534 chiens et 449 équipes cynophiles, répartis en métropole et outre-mer, aussi bien en gendarmerie départementale qu’au sein de la gendarmerie maritime, de l'armement, des transports aériens, de la garde républicaine, ou encore du GIGN. Le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat les forme et les recycle à l’exercice de pas moins de seize technicités. Un dossier au poil !

Référendum en Nouvelle-Calédonie

Anticipé et préparé pendant près de deux ans, le référendum d’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie s’est déroulé le 4 novembre 2018. Le jour du vote, plus de 1 000 gendarmes étaient mobilisés, sous l’autorité du Haut-commissariat de la République, pour en assurer la sécurité. Retour sur une importante manœuvre de planification opérationnelle, conduite en étroite liaison avec les autres services de l’État.

La menace Cyber

La cybercriminalité est l’une des grandes menaces de ce XXIe siècle, et un véritable défi pour les forces de sécurité intérieure du monde entier. Ce dossier met en lumière l’engagement de la gendarmerie dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité et dans celui de la cybersécurité. Structurée autour d’un réseau territorial dynamique, la maîtrise de ces espaces numériques s’appuie également sur les capacités d’adaptation et d’innovation de l’Institution et de l’ensemble de ses personnels.

Tempête Alex : un engagement sans précédent face à la catastrophe

Imprévisible et impitoyable, la tempête Alex a frappé de plein fouet le département des Alpes-Maritimes au début du mois d’octobre 2020. La crue brutale liée aux pluies diluviennes a tout dévasté sur son passage, notamment dans les vallées de la Vésubie et de la Roya, où des villages se sont retrouvés entièrement coupés du monde. Directement impactés, les gendarmes des brigades locales n’ont pas hésité à risquer leur vie pour sauver celle des habitants. Sur place, ils ont été rapidement renforcés par de nombreux moyens matériels et humains, afin notamment de procéder aux évacuations, aider et sécuriser, rétablir les communications mais aussi rechercher les disparus.

#RépondrePrésent : gestion de crise au cœur des territoires (mars-juin 2020)

Depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19, et sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur, la gendarmerie s’est engagée au-delà de sa mission fondamentale de protection, s’employant au quotidien à accompagner et à rassurer la population, particulièrement les plus fragiles et les plus exposés. Dans ce contexte inédit, de multiples modes d’action ont été mis en place sur l’ensemble du territoire national, venant nourrir l’opération #RépondrePrésent et lui conférant la dimension d’une véritable politique nationale.

Criminalistique, le futur dès à présent

Sa pluridisciplinarité de haut niveau, associée à une parfaite transversalité en interne et une démarche partenariale forte avec le monde de la recherche, universitaire ou de l’industrie, fait du PJGN un véritable système d’armes, en mesure d’appuyer quotidiennement les unités de terrain dans la résolution de leurs enquêtes, tout en imaginant sans cesse de nouveaux process et outils pour faciliter le travail sur le terrain, voire de repousser les limites du possible en matière de criminalistique.

La G.M. d'hier et de demain

La gendarmerie mobile célèbre ses 100 ans cette année. Si elle reste fortement ancrée dans ses valeurs et traditions militaires, cette subdivision d'arme, forte aujourd'hui de 13 500 militaires, hommes et femmes, n'a eu de cesse d'évoluer pour s'adapter, voire anticiper, les évolutions sociétales, et particulièrement en matière d'ordre public. De son histoire à ses prochaines évolutions, de la formation aux missions, ce dossier lève le voile sur l'univers de la G.M.