Immersion

Côtes-d’Armor : la compagnie de gendarmerie de Lannion veille sur votre été

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃10 min.
© MAJ - F. Balsamo
© Tous droits réservés

De nombreux touristes affluent tout l’été, jusqu’à l’arrière-saison, sur la circonscription de la compagnie de Lannion, particulièrement sur le littoral, comme à Perros-Guirec, situé au cœur de la Côte de Granit rose. Pour faire face à ce regain d’activité, les unités locales bénéficient de différents renforts dans le cadre du Dispositif estival de protection des populations. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, élèves gendarmes, élèves officiers, unité nautique et forces aériennes se mobilisent ainsi jour et nuit pour assurer la sécurité de tous.

De juin à septembre, les Côtes-d’Armor attirent de nombreux touristes français et étrangers, séduits par le charme et les saveurs de la Bretagne. Le secteur de Lannion n’échappe pas à la règle, particulièrement sur le littoral, où se concentre l’offre d’hébergements. À l’attrait de la Côte de Granit rose, de ses formations géologiques chaotiques, de son célèbre phare de Ploumanach’, du sentier des douaniers, viennent s’ajouter de multiples événements qui rythment l’été, tant des vacanciers que des gendarmes.

Ainsi, le festival du chant marin à Paimpol attire sur trois jours (du 2 au 4 août) près de 150 000 personnes. Le show aérien de la patrouille de France séduit lui aussi des dizaines de milliers de spectateurs, tandis que le festival de musique « Chausse tes tongs », du 9 au 11 août, bénéficie d’un engouement notable… Sans oublier les festivités locales telles que les marchés nocturnes, les concerts, les feux d’artifice, ou encore le Grand Pardon de la Saint-Yves, qui se traduit par une grande procession à Tréguier…

« L’ensemble de notre circonscription connaît une forte affluence, avec néanmoins deux bassins qui se démarquent davantage. Le premier, à l’ouest, va de Trébeurden à Perros-Guirec et le second concerne le secteur de Paimpol et les communes alentour. Contrairement à d’autres régions de France, il s’agit d’un tourisme plutôt familial, décrit le capitaine Éloi Pierchon, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de Lannion.

Comme sur tous les sites d’affluence touristique, la lutte contre la délinquance d’appropriation, qu’elle soit d’origine locale ou itinérante, fait partie des principales problématiques, de même que la sécurisation des rassemblements de personnes dans un contexte de menace terroriste toujours présent.

« Nos patrouilles, à pied ou en véhicule, assurent une présence à la fois rassurante et dissuasive, et ce, de jour comme de nuit. En matière d’atteintes aux biens, nous menons une action préventive, à l’attention des particuliers mais aussi des commerçants, à travers la distribution de flyers sur les parkings ou dans les campings, ou encore grâce à l’Opération tranquillité vacances (OTV). Nous travaillons également beaucoup avec les élus, notamment pour la sécurisation des différentes festivités, poursuit le CNE Pierchon. En matière de police route, nous sommes également extrêmement vigilants à la conduite sous l’empire d’un état alcoolique, notamment à la sortie des établissements de nuit. Et sur certaines communes, il s’agit même de lutter contre les Ivresses manifestes sur la voie publique (IMP). »

Extension de l’opération tranquillité vacances aux commerces et entreprises

Depuis plusieurs années, le dispositif OTV permet aux particuliers de partir en vacances plus sereinement, sachant que les gendarmes passent surveiller leur domicile de façon aléatoire et au gré de l’activité du service, de façon à vérifier que tout est bien fermé et en ordre. Il leur suffit pour cela d’aller à la brigade remplir un formulaire indiquant les dates de leurs vacances et leur adresse.

Dans le cadre de la Police de sécurité du quotidien (PSQ), la gendarmerie des Côtes-d’Armor a décidé d’étendre ce dispositif aux commerces et entreprises. Désormais, l’Opération tranquillité entreprise (OTE) permet donc aux professionnels de signaler à l’unité de gendarmerie dont ils dépendent la fermeture temporaire de leur établissement ou tout événement exceptionnel (réception de matériaux de valeur, passages suspects…), au moyen d’un formulaire spécifique.

© MAJ - F. Balsamo

© Tous droits réservés

Des renforts sur l’ensemble de la compagnie

Pour les gendarmes de la compagnie, cette période se traduit donc par un regain d’activité. Pour y faire face, ils bénéficient de différents renforts dans le cadre du Dispositif estival de protection des populations (DEPP) : des réservistes (engagés du 8 juillet au 25 août), des gendarmes mobiles, des élèves gendarmes ainsi que des élèves officiers en stage d’initiation.

Cet été, la Communauté de brigades (COB) de Tréguier se voit ainsi affecter deux réservistes. Même chose à la Brigade territoriale autonome (BTA) de Perros-Guirec, également renforcée par deux élèves officiers, du 15 au 26 juillet, et par un Détachement de surveillance et d’intervention de réserve à six personnels, parmi lesquels des anciens de l’arme déjà adjoints de police judiciaire. Un poste provisoire est également mis en place à Trébeurden, sur la circonscription de la BTA. Commandé par un officier de police judiciaire de la compagnie de Lannion, il compte deux gendarmes de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 22/3 du Havre et quatre réservistes. S’ils reçoivent leurs directives et orientations opérationnelles de la BTA de Perros-Guirec, le poste provisoire et le DSIR travaillent en totale autonomie.

Enfin, la BTA de Paimpol est renforcée par deux réservistes, un élève officier, et cinq élèves gendarmes en juillet, puis 8 en août. Elle bénéficie également de la présence d’un détachement de surveillance et d’intervention composé de huit militaires de l’EGM 13/3 de Pontivy, projetable sur l’ensemble de la compagnie, à l’instar du peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie de Lannion.

Le continuum terre-air-mer

Bordée par la Manche, au nord, à l’est et à l’ouest, la compagnie de Lannion peut également compter sur la présence d’un détachement aérien de gendarmerie provisoire, déployé par la section aérienne de Rennes sur l’aéroport de Lannion, du 11 juillet au 19 août.

Avec en permanence un plongeur de la Brigade nautique (B.N.) de Lézardrieux à son bord, l’équipage effectue tout l’été des missions de surveillance du littoral, des plages et des îlots, où certains vacanciers, connaissant mal les marées, se retrouvent parfois coincés. Il réalise également des missions judiciaires (police route, grands rassemblements…) et des opérations de secours sur le domaine maritime, sous la coordination du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen, implanté à Plouarzel dans le Finistère.

Bien évidemment, qui dit littoral, dit brigade nautique. Basée à Lézardrieux, elle assure une permanence subaquatique au niveau régional pour ce qui concerne le domaine judiciaire, par exemple les découvertes de corps ou toute recherche particulière ou acte de police technique et scientifique en milieu subaquatique. Elle assure également la permanence nautique au niveau du groupement, avec une compétence sur le littoral des Côtes-d’Armor, du Finistère de l’Ille-et-Vilaine. Ses militaires interviennent, par exemple, sur tous les accidents de plongée.

Les patrouilles à bord de la vedette RAIDCO hydrojet permettent de contrôler les nombreux plaisanciers, afin de vérifier la conformité des documents et des équipements obligatoires, ou encore de rappeler les règles de sécurité à quelques kayakistes imprudents… La surveillance du littoral leur permet également de veiller au respect de la réglementation en vigueur dans le cadre du Réseau Natura 2000. Les gendarmes de la B.N. sont également très vigilants sur le contrôle des activités de loisirs, telles que les centres de plongée, dont ils vérifient la régularité des certificats et du matériel.

L’été de l’unité est également rythmé par la sécurisation de manifestations nautiques, comme le festival du chant marin, qui se déroule sur l’eau.

Enfin, la baie de Saint-Brieuc connaît également une activité de pêche importante, surtout à compter des mois de septembre-octobre, époque de la coquille Saint-Jacques. Les militaires de la B.N. doivent alors mettre en place une surveillance accrue tant au niveau des particuliers que des professionnels. Bien évidemment, en bout de chaîne, les restaurants, les grandes surfaces et les criées n’échappent pas à la vigilance des gendarmes nautiques.

Focus sur la BTA de Perros-Guirec

La petite commune de Perros-Guirec, qui compte le reste de l’année quelque 7 500 habitants, voit sa population multipliée par huit pendant la période estivale. Station balnéaire très touristique de la Côte de Granit rose, elle compte sur son territoire le fameux bourg de Ploumanach’, élu village préféré des Français en 2015, avec son chaos granitique et son célèbre phare… Le littoral est d’ailleurs longé par le sentier des douaniers (GR34) offrant un fabuleux panorama… À ces attraits naturels, s’ajoutent tout au long de l’été de nombreuses animations.

Alors chaque jour, les gendarmes de la BTA de Perros-Guirec et leurs renforts s’emploient à sécuriser le quotidien des habitants et des vacanciers, face notamment à la délinquance d’appropriation et à la menace terroriste. Un travail qui se fait en lien avec les polices municipales, qui gèrent notamment le système de vidéosurveillance

Aux « heures de plage », la quinzaine de parkings mis à disposition fait par exemple l’objet d’une surveillance particulière. Une présence dissuasive, mais aussi préventive, puisque les gendarmes en profitent pour apposer des flyers sur les voitures ou dispenser directement des conseils aux usagers. L’occasion aussi de vérifier qu’aucun animal n’est enfermé dans un véhicule… Ce qui est parfois le cas ! Une tolérance zéro est également appliquée à l’usage abusif des emplacements handicapés.

La mission de surveillance et de prévention s’étend également aux campings et aux commerces. Parallèlement, les gendarmes adjoints volontaires assurent la gestion de la mission OTV et OTE, depuis l’inscription des demandeurs jusqu’aux contrôles sur le terrain.

Des sites sous convention de sécurité

En mai 2018, la ville de Perros-Guirec, la préfecture et le groupement de gendarmerie des Côtes-d’Armor ont signé une convention « Sécuri-site », visant à accroître la sécurité sur les sites de touristiques de Perros-Guirec, et plus particulièrement Ploumanach’. L'attribution de ce label est par ailleurs en cours pour l’embarcadère de L’Arcouest, à Ploubazlanec, d’où partent les navettes pour l’île de Bréhat.

Dans ces lieux sensibles au regard de leur fréquentation et de la menace terroriste, la vigilance est accrue, de même que les patrouilles, afin de rassurer les touristes et d’assurer leur sécurité.

Trébeurden, lieu de vie nocturne

À Trébeurden, les militaires du poste provisoire, installé dans les locaux municipaux, assurent les mêmes missions de surveillance générale et de prévention sur le terrain.

Sur la circonscription de la compagnie, l’essentiel de la vie nocturne se passe à Paimpol et… à Trébeurden, où est installée l’unique boîte de nuit locale, ainsi que plusieurs bars ouverts tard la nuit, qui attirent un nombre important de personnes.

Face au fort risque d’alcoolisation, dans les établissements comme à l’extérieur, et à toutes les nuisances et les dérapages que cela peut générer (accidentologie routière, bagarres, tapages, santé publique…), les gendarmes sont particulièrement proactifs.

À l’approche du week-end, et lors de soirées particulières, telles que les feux d’artifice et les marchés nocturnes, les patrouilles du poste avancé et du DSIR s’orientent ainsi davantage vers la deuxième partie de nuit, sur le créneau une heure - 5 heures du matin.

Opérations de lutte contre l’ivresse manifeste sur la voie publique

Pour lutter contre le phénomène d’alcoolisation festif touchant de nombreux adolescents, la municipalité de Trébeurden a d’ailleurs pris arrêté de non-consommation d’alcool sur la voie publique. Pour autant, chaque week-end, les Ivresses manifestes sur la voie publique sont nombreuses. Si aucun proche n’est disponible pour prendre en charge les individus éméchés, les gendarmes les conduisent en cellule de dégrisement après un passage obligatoire à l’hôpital.

Pour ne pas en arriver à ces extrémités, du moins le moins possible, la compagnie a fait de la lutte contre l’alcoolisation des mineurs sur la voie publique une de ses priorités.

Vendredi 12 juillet, une première opération coordonnée, organisée en première partie de nuit, associait ainsi les militaires de la BTA de Perros-Guirec et ceux du poste provisoire, le DSIR ainsi que le peloton motorisé de Guigamp, afin de contrôler le contenu des coffres à la recherche d’alcool. Une initiative payante, qui sera renouvelée régulièrement au cours de l’été, pour que les vacances restent une fête.