Immersion

La gendarmerie mobilisée pour la Coupe du Monde de football féminin

Auteur : le capitaine Eric Costa - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
Sécurisation de la Coupe du Monde de football féminin 2019. Gendarmes mobiles de l'EGM 25/5 de Bourgoin-Jallieu au Groupama stadium de Lyon.
© Sirpa Gend Maj. F. Balsamo

Du 7 juin au 7 juillet 2019, la France accueille la 8ème édition de la Coupe du Monde de football féminin (CDMFF). Même si la compétition se déroule dans neuf villes hôtes situées en ZPN, la gendarmerie nationale est également engagée dans le dispositif de sécurisation en tant que force concourante. Depuis un mois des militaires d'active ou de réserve des gendarmerie départementale, mobile et spécialisée contribuent à la sécurisation autour de certains stades, lieux d'hébergement d'équipes ou centres d'entraînement, tout en poursuivant le contrôle des flux routiers, ferrés et aériens situés en ZGN.

La CDMFF 2019 est un grand événement international qui suscite un réel engouement : 1,45 million de billets commercialisés et couverture médiatique internationale. Même si le risque de menace contre les 24 équipes engagées dans la compétition ou les délégations les accompagnant, n'a pas été identifié par les services de renseignement, le contexte sécuritaire actuel oblige malgré tout à maintenir une vigilance soutenue.

Sécuriser les différents sites

La Fédération internationale de football associatif (FIFA) ayant engagé des sociétés privées pour assurer la sécurité à l'intérieur de tous les sites, la zone d'action de la gendarmerie se concentre, elle, sur les abords des sept hôtels hébergeant les délégations sportives et des neuf terrains d'entraînement situés sur sa zone de compétence.

Cette mission de sécurisation dynamique est assurée par des patrouilles de gendarmerie départementale dans le cadre du service courant.

Afin de faciliter la coordination entre les forces de l'ordre et les différentes délégations sportives, cinq Team security liaison officer (TSLO), un officier et quatre gradés, ont été rattachés, en ce qui concerne la gendarmerie, aux équipes d'Angleterre, du Canada, du Japon, des Pays-Bas et du Cameroun.

Le public de cet événement étant majoritairement familial, le risque de hooliganisme est quasi nul. Malgré tout, au niveau des stades où se déroulent les matches officiels, des Escadrons de gendarmerie mobile (EGM) viennent renforcer le dispositif d'ordre public, en appui des forces de sécurité de la police nationale et des stewards chargés des fouilles et des contrôles des billets des spectateurs aux différentes entrées.

Gérer les flux

Une attention est également portée sur les axes de communication reliant les hôtels, les terrains d'entraînement et les stades ainsi que les gares et aéroports concernés par les mouvements des délégations et des supporters.

La gendarmerie des transports aériens, en coordination avec la police aux frontières, participe à la sécurisation de l’arrivée des équipes et des supporters au niveau des aéroports, et à la sûreté sur treize plateformes aéroportuaires.

Les motocyclistes des escadrons départementaux de sécurité routière assurent l'escorte ou le pilotage des cortèges officiels ou des équipes lorsque les déplacements s'effectuent en ZGN et, le cas échéant, sont en mesure d'apporter leur concours à la police nationale.

 

Faire face à la menace terroriste

Pour faire face à une éventuelle attaque terroriste, les Antennes-GIGN de Reims, pour le stade de Reims, et d'Orange, pour celui de Grenoble, ont positionné des groupes tactiques aux abords ou à l'intérieur des stades les jours de matches, l'Antenne-GIGN de Dijon étant en mesure de se substituer à l'une des deux forces si nécessaire.

Des moyens spéciaux sont venus compléter ce dispositif antiterroriste. Tout d'abord trois équipes cynophiles « recherche explosifs » ont été engagées sur trois stades pour neuf jours de matches.

Deux autres équipes cynophiles qualifiées Recherche d'explosif sur personne en mouvement (Rexpemo) seront engagées lors de la finale du 7 juillet qui opposera les Etats-Unis d'Amérique aux Pays-Bas et qui se jouera au Groupama Stadium de Lyon, en présence du Président de la République française. Le peloton d'intervention de l'EGM 24/5 de Grenoble, viendra appuyer les Rexpemo.

La section de lutte anti-drone de la garde républicaine viendra également se positionner dans le stade de Lyon le jour de la finale. D'autres gendarmes, à l'instar de spécialistes des Systèmes d'information et de communication du groupement de gendarmerie départementale du Rhône ont assuré cette mission durant d'autres matches de la compétition.