Immersion

Les gendarmes de la Drôme à vos côtés sur la route des vacances !

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
Le poste avancé de prévention et de contact auprès des usagers de l'aire d'autoroute de Montélimar.
© DR

L’escadron département de sécurité routière (EDSR) de la Drôme vient à la rencontre des usagers de l’aire de Montélimar (26) et assure leur sécurité à travers un poste avancé de prévention et de contact (PAPC).

Chaque jour, près de 75 000 véhicules empruntent l’autoroute A7 et près de 40 000 personnes s’arrêtent sur l’aire de Montélimar qui demeure la plus vaste d’Europe. Cette fréquentation augmente encore un peu plus lorsque surviennent les vacances scolaires et les week-ends prolongés.

Aussi, dans le cadre du déploiement de la « police de sécurité du quotidien », l’EDSR26 a mis en place dès l’année dernière un poste avancé de prévention et de contact durant ces périodes marquées par un trafic intense.

L’aire étant un lieu de grand passage pour les touristes français et étrangers mais aussi pour les chauffeurs de poids lourds, elle s’avérait touchée par une délinquance de passage importante. L’EDSR26 dénombrait notamment de nombreux vols à la roulotte mais aussi des vols de fret et de carburant ou encore des vols à l’étalage dans les commerces de la zone. L’idée du poste avancé était donc de « réduire cette délinquance par une présence visible tout en gardant un lien avec la population y compris pendant les périodes de transits » comme l’explique le capitaine Éric Grasset, commandant en second l’EDSR26.

Une aire de contact

Un binôme se consacre ainsi à cette mission dans les créneaux identifiés comme les plus sensibles, de jour comme de nuit puisque de nombreux camping-cars et poids lourds restent alors stationner sur l’aire. Il est composé de gendarmes d’active et se trouve parfois renforcé par des réservistes. Dédié principalement à la prévention, le PAPC informe les usagers des risques d’infractions mais aussi des dangers pouvant survenir sur la route. Il leur prodigue les bons réflexes à adopter en leur distribuant notamment des flyers traduits en plusieurs langues.

Le capitaine Grasset remarque que « les gens sont souvent perdus sur cette grande aire ». Ils sont aussi parfois tellement insouciants qu’ils adoptent des comportements à risque : « on voit de tout : des chiens laissés dans les véhicules en pleine chaleur, des sacs laissés visibles sur le siège du véhicule, des motards laissant leur télépéage voire leur clé sur leur engin ... » Quelques conseils simples sont donc dispensés comme le fait de ne pas laisser les vitres du véhicule ouvertes en cas d’absence ou pendant la sieste, mais aussi de vérifier l’état des pneumatiques et de faire des pauses régulièrement. C’est également l’occasion pour les gendarmes d’entretenir le lien avec les commerçants de l’aire et de recueillir du renseignement.

© DR

Des résultats positifs

Cette présence des gendarmes sur l’aire durant les vacances et périodes chômées a porté ses fruits puisque l’EDSR26 a constaté une diminution du taux de délinquance de 38 % en 2018 et de 40 % en 2019. Ce dispositif a même eu un impact sur les autres aires de l’autoroute A7 où la délinquance a également diminué.

Face à ces résultats concrets et aux retours très positifs des usagers comme des gendarmes, le concept du PAPC s’est développé. Un chalet a notamment été installé sur l’aire début juin permettant l’affichage des numéros d’urgence, augmentant la visibilité des forces de l’ordre depuis l’autoroute et servant également de poste de secours. De plus, un système de lecture automatisée des plaques d’immatriculations des véhicules entrants et sortants sur l’aire devrait également voir le jour d’ici début 2020. Ces caméras, financées par le réseau d’autoroutes « ASF »Vinci et entretenues par la préfecture, devraient permettre de sécuriser encore d’avantage l’aire avec une gestion directe depuis le centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie de la Drôme.

© DR

© Tous droits réservés