Immersion

Red Bull Race : surveillance en trois dimensions

Auteur : la Rédaction - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Dans la baie de Cannes, une cinquantaine de gendarmes étaient mobilisés afin d’assurer la sécurité des plaisanciers venus assister au show aérien.
© Sirpa Gend - E.Grangié

Pour la première fois en France, la ville de Cannes a accueilli, du 20 au 22 avril, la Red Bull Air Race. En trois jours, ce spectaculaire show de voltige aérienne a attiré près de 83 000 spectateurs. Sur terre, en mer ou dans les airs, plus d’une centaine de gendarmes étaient engagés dans le dispositif de sécurisation de l’événement.

Plus d'une centaine de gendarmes étaient engagés à Cannes, du 20 au 22 avril, pour sécuriser la Red Bull Air Race, une course aérienne d’exception organisée pour la première fois en France. Cet événement, qui rassemble les meilleurs pilotes de voltige au monde a attiré, en trois jours, plus de 83 000 spectateurs, venus admirer, depuis la croisette ou la baie, les évolutions acrobatiques. Aux commandes de leur avion pouvant atteindre 370 km/h, les pilotes devaient, en effet, tracer leur trajectoire au-dessus des eaux de la baie de Cannes, entre des pylônes gonflables de 25 mètres.

Côté mer, afin d’assurer la sécurité des plaisanciers venus assister au spectacle, une cinquantaine de gendarmes maritimes venus de Toulon (patrouilleur 721 La Jonquille, vedette côtière de surveillance maritime La Vésubie, brigade de surveillance du littoral) et de Port-de-Bouc (un équipage du peloton de sûreté maritime et portuaire et une équipe cynophile spécialisée en détection d’explosifs), ainsi qu'un équipage de la brigade nautique d'Antibes étaient mobilisés.

Leur objectif : faire respecter la zone d'interdiction à la navigation décidée par le préfet maritime et protéger les plaisanciers dans le cadre du plan Vigipirate.

Côté terre, une dizaine de militaires de la brigade de Gendarmerie des transports aériens (GTA) de Nice étaient chargés de contrôler les pilotes et leurs avions dans les "paddocks" et d’assurer la sûreté de l'aéroport ainsi que de l'hélistation de Cannes.

Venus de Paris, des gendarmes de la section de recherches GTA étaient par ailleurs en réserve d'intervention dans la tour de contrôle, en mesure d’agir en cas d’accident aérien.

Les gendarmes départementaux de la compagnie de gendarmerie départementale de Cannes, ainsi que des motocyclistes de l'escadron départemental de sécurité routière des Alpes-Maritimes étaient également engagés sur le dispositif afin d’assurer, en amont, le contrôle des accès à la ville de Cannes.

Enfin, côté air, l'hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie de Hyères a survolé la zone tout au long des trois jours permettant la retransmission des images au P.C. sécurité installé au sein du commissariat de police de Cannes.

Un dispositif rodé qui a contribué au bon déroulement de cet événement sous le soleil cannois.