Immersion

Scoutisme & gendarmerie : la prévention avant tout camp !

Auteur : Angélina Gagneraud - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Le lieutenant Quelin et la gendarme Coudray dispensent des conseils de prévention à la 2e troupe de la vallée de Chevreuse, en camp ce week-end de mai.
© Sirpa Gend - BRC F. Garcia

Chaque week-end et vacances scolaires, 200 à 500 louveteaux et jeannettes s’aventurent en vallée de Chevreuse. Face à l’ampleur de cette fréquentation, des messages de prévention sont de rigueur.

« La vallée de Chevreuse est un site très prisé des scouts. Ainsi, chaque week-end et vacances scolaires, nous accueillons sur notre circonscription un nombre important de jeunes scouts âgés de 9 à 17 ans. Ces jeunes font l'objet de toute notre attention », expose le lieutenant Arnaud Quelin, commandant la Brigade territoriale de gendarmerie (BTA) de Chevreuse (78).

Transports en commun pour se rendre à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, lieux de campement pour la nuit, courses d’orientation en forêt,… Ces activités peuvent être source d’incidents, voire de dangers.

« Nous avons déjà eu à intervenir en pleine nuit ainsi qu'en journée pour des secours. C’est pourquoi, depuis l’automne dernier, je demande à rencontrer les encadrants afin de réaliser un briefing pour qu’ils n’exposent pas leurs jeunes inutilement. »

 

Le lieutenant Quelin et la gendarme Coudray échangent avec l’un des responsables des nombreux louveteaux et jeannettes qui s’aventurent en vallée de Chevreuse ce week-end de mai.

© Sirpa Gend – BRC F. Garcia

Agir en partenariat

Dans le cadre de partenariats et de contacts initiés par le bureau de la sécurité publique de la direction générale de la gendarmerie nationale avec les mouvements de scoutisme, les chefs de troupe sont invités à se présenter à la brigade la plus proche de leur camp. Cette visite permet au chargé d’accueil de procéder à une inscription « Opération Tranquillité Junior ». Ce dispositif a été créé spécifiquement pour les scouts afin de répondre aux éventuelles difficultés d’intervention.

À Chevreuse, rendez-vous est donné chaque samedi matin : « C’est une démarche très pédagogique que nous entreprenons afin de leur faire prendre conscience de certaines mesures de sécurité et de bon sens. En complément, nous leur donnons un visuel sur  l'actualité de notre circonscription. »

Il est donc demandé aux cadres d’être joignables en permanence, de transmettre une liste des participants, de partager leurs itinéraires, leur lieu de campement pour la nuit et de ne pas laisser les jeunes livrés à eux-mêmes, notamment la nuit. « Le scoutisme repose sur l'entraide, l'autonomie et l’aguerrissement, mais pas sans une préparation adéquate. »

Au contact des groupes

Le commandant de la BTA a organisé un « groupe de contact » au sein de son unité, notamment composé de jeunes gendarmes. En ce samedi après-midi, une patrouille vient au contact des scouts pour dispenser quelques conseils de prévention et s’assurer que leur séjour se déroule sereinement.

Ce groupe permet aux jeunes gendarmes de développer le sens du relationnel propre à l’Institution. « Ils sont responsabilisés, dès leur arrivée à l'unité, sur cette mission de contact avec les commerçants, les chefs d’entreprise ou encore les scouts ! La fonction contact leur permet également d'acquérir rapidement une bonne connaissance de leur circonscription », affirme l’officier.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la police de sécurité du quotidien présentée le 8 février 2018 par Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, afin de replacer les citoyens au cœur de l’action des forces de sécurité. Ses cinq principes sont une gendarmerie et une police aux ambitions retrouvées, respectées, sur-mesure, connectées et partenariales.