Immersion

Les experts en télécommunication de la gendarmerie en action !

Auteur : le capitaine Eric Costa - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
Techniciens du SCRTA et de la SOLC du GGD39 devant le relais Orange dégradé par un incendie d'origine criminelle.Techniciens du SCRTA et de la SOLC du GGD39 devant le relais Orange dégradé par un incendie d'origine criminelle.
© D.R.

Deux sites, Orange et SFR, hébergeant des relais RUBIS et INPT, supports indispensables pour assurer les communications des gendarmes sur le terrain, ont été dégradés par un incendie criminel à Mont Poupet (39), dans la nuit du 9 au 10 avril. Des techniciens du service central des réseaux et technologies avancées sont venus appuyer les SIC du groupement du Jura, pour rétablir les réseaux en un temps record.

Dans la nuit du 9 au 10 avril, deux sites Orange et SFR, distants d’une centaine de mètres, font l'objet d'un incendie d'origine criminelle. Point particulier, le site Orange héberge des relais RUBIS et INPT.

RUBIS et INPT : quésaco ?

Depuis la fin de l’année 2006, le réseau INPT (Infrastructure Nationale Partageable des Transmissions) sert de support au réseau CORAIL NG pour la gendarmerie nationale, ACROPOL pour la police nationale, et au réseau ANTARES pour les sapeurs-pompiers et la sécurité civile. Il permet une totale interopérabilité pour les communications entre ces différents services, ce qui est un atout majeur en cas de gestion de crise.

Le réseau RUBIS, propre à la gendarmerie, infrastructure physique distincte et déployée sur une bande de fréquences différente, est essentiellement dédié aux unités de la gendarmerie départementale. Cependant la technologie employée étant identique, une interopérabilité entre les réseaux INPT et RUBIS, via des moyens connexes, reste possible.

Revenons sur notre affaire...

Deux techniciens spécialistes des Systèmes d'information et de communication (SIC) de la Section opérationnelle de lutte contre la cybercriminalité (SOLC) du groupement de gendarmerie départementale du Jura ainsi qu’un technicien du Secrétariat général pour l’administration du ministère de l’Intérieur (SGAMI), se rendent rapidement sur site pour constater l'étendue des dégâts. De nombreux câbles coaxiaux sont détériorés, ce qui empêche la couverture radio des relais INPT et limite celle du réseau RUBIS. De ce fait, en plus de « mettre dans le noir » le service départemental d'incendie et de secours sur le secteur de Salins les bains et Metabief, c'est également la couverture des terminaux Neogend qui est mise à mal !

Seul le réseau RUBIS fonctionne toujours en mode dégradé grâce au maillage territorial.

Branle-bas de combat !

Le Bureau opérateur de radiocommunication (BOR) du ST(SI)², basé à la direction générale de la gendarmerie nationale, engage, dès le 14 avril, le Service central des réseaux et technologies avancées (SCRTA), basé au Mans, pour que le service soit à nouveau opérationnel le plus rapidement possible.

Les opérations de réparation ne pourront pas être effectives avant le 16 avril, date à laquelle le SGAMI de la préfecture de la Zone est, en plus de procurer une partie des moyens logistiques dont une nacelle nécessaire à l’intervention met à disposition un technicien pour prêter main forte. En effet, l’échelle permettant l’accès aux différentes plateformes du site Orange est endommagée sur une hauteur de 25 mètres.

Les effectifs du SCRTA préparent immédiatement les véhicules et les composants de remplacement. Quatre techniciens de la section expertise des réseaux et des infrastructures du SCRTA quittent la résidence du Mans, le 15 avril au matin, pour venir appuyer la manœuvre des SIC du Jura.

 

Les techniciens du SCRTA utilisant une nacelle pour réparer les réseaux INPT et RUBIS sur le relais Orange.Les techniciens du SCRTA utilisant une nacelle pour réparer les réseaux INPT et RUBIS sur le relais Orange.

Les techniciens du SCRTA utilisant une nacelle pour réparer les réseaux INPT et RUBIS sur le relais Orange.

© SCRTA

Travailler en parfaite coordination

Dès leur arrivée, le jour même, en Franche Comté, le chef de la mission SCRTA et son binôme se portent sur site pour constater et reconnaître les lieux. Le soir même, les quatre personnels s'affairent à préparer le strict matériel nécessaire à l'intervention.

Le lendemain, dès l'arrivée de la nacelle à 9H00, les effectifs du SCRTA et les quatre autres de la SOLC se coordonnent et se répartissent les tâches. Tandis qu'une équipe s’occupe des aériens, la seconde, accompagné du technicien SIC du SGAMI présent, tire les câbles réseaux.

Le concours d'une société privée, Axians, sera nécessaire à 11H30, pour finaliser la réparation du réseau INPT.

À 15H30, l'ensemble des installations est en service. Le Service de traitement de l'information gendarmerie, basé à Rosny-sous-Bois (93), confirme le bon fonctionnement du routage.

Le 16 avril, à 16h30, après tous les tests radio réalisés et le retour à l'état nominal des installations, fin de mission pour les huit techniciens hors-pairs !