Immersion

Ille-et-Vilaine : Un exercice « attentat terroriste » inter-services dans un collège

Auteur : CABCOM RGBRET - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© CABCOM RGBRET

Mercredi 4 mai, un exercice de type « attentat terroriste », organisé par la préfecture d’Ille-et-Vilaine, s’est déroulé dans un collège de Betton. De nombreux services et associations de sécurité civile y ont pris part.

Mercredi 4 mai, à Betton, commune de 12 000 habitants située au Nord de Rennes. Un individu, signalé comme radicalisé, se rend au collège Truffaut pour récupérer son fils, dont il n'a pas la garde. Refoulé par le directeur de l'établissement, il revient au bout d'une vingtaine de minutes, accompagné d'un deuxième individu également signalé comme radicalisé. Ils sont armés et ouvrent le feu…

Ce scénario, qui se veut le plus réaliste possible, est celui d’un exercice d’ampleur, piloté par la préfecture d’Ille-et-Vilaine, dont l'objectif est de tester la coordination et la réactivité des services en cas d'intrusion et d'attentat en milieu scolaire. Il s'agit également de faire travailler toutes les administrations de l'État, les collectivités locales et les associations de sécurité civile sur un scénario commun. La présence de plus d’une centaine de plastrons, issus de l’établissement et d’écoles d’infirmiers de la région, accentuait le réalisme nécessaire à cette mise en situation.

Alertés par le Centre des opérations de la gendarmerie (COG), les premiers à marcher sont les militaires de la brigade de Betton et une équipe du Peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) de Rennes. Le chef d’établissement parvient à sortir et leur apporte des renseignements précieux sur le déroulement des faits. Ainsi, les comptes-rendus efficaces sur l’événement en cours vont permettre une « montée en puissance » des forces d’intervention et de secours et la mise en place du zonage adapté à la prise en compte de la situation et à la protection des populations.

Renforcer le savoir-faire, consolider les acquis et tester la coordination

Ce type d’exercice est organisé régulièrement. Il permet de tester la coordination inter-services : préfecture, parquet, mairie, forces de sécurité intérieure, services d'intervention et de secours, associations de sécurité civile, etc.

Chaque service définit en amont les objectifs qu'il souhaite atteindre dans le cadre de cet exercice. Pour le GGD 35, ces objectifs étaient au nombre de trois :

- renforcer le savoir-faire des forces engagées face à une attaque terroriste : remontée du renseignement, montée en puissance/génération de force, sécurisation du site et mise en œuvre du zonage, gestion des impliqués, neutralisation de la menace ;

- consolider les acquis relatifs à la coordination inter-services, notamment avec le SDIS pour l'extraction des victimes sous protection ;

- tester la coordination inter-services au travers des procédures radio s'inscrivant dans un cadre d'interopérabilité.

L'exercice a également permis de tester la partie pré-hospitalière avec la prise en compte par les équipes médicales (SMUR, SAMU, SDIS)  des victimes blessées et décédées, jouées par les plastrons.

De nombreux observateurs et formateurs étaient présents pour procéder à une restitution post-exercice. Le groupement d’Ille-et-Vilaine a salué l’engagement des effectifs et a reconnu une belle synergie entre les services permettant de sécuriser le site et de protéger les élèves. Au total, ce sont plus d’une soixantaine de gendarmes qui ont été engagés lors de cet exercice.