Immersion

La section de réserve territoriale de Bretagne engagée dans l’opération Poséidon

Auteur : CABCOM RGBRET - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© CABCOM RGBRET - GA2 GARNIER
Du 2 au 17 mai 2022, une section de réserve territoriale (SRT) de la région de gendarmerie de Bretagne (RGBRET) a renforcé le dispositif de lutte contre l’immigration clandestine dans le département du Pas-de-calais. Cette opération baptisée LIC62 – opération Poséidon a pour but de contrôler la bande littorale du Calaisis afin d’interdire toute traversée de migrants en direction de la Grande-Bretagne.

Composée de seize réservistes, une section de réserve territoriale (SRT) de la région de gendarmerie de Bretagne a été engagée, du 2 au 17 mai, dans le Pas-de-Calais, afin de renforcer le dispositif de lutte contre l’immigration clandestine, avec pour objectifs de déceler les préparatifs de départ des migrants, interpeller les passeurs et leurs complices, et les tenir à disposition de la Police aux Frontières (PAF).

Un mission riche d’enseignements

« Les réservistes se sont rapidement adaptés à la mission dans une excellente ambiance et avec un grand professionnalisme, se félicite le capitaine Patrick, qui commandait la section. La mixité, jeunes, anciens de l'Arme, femmes et hommes issus du monde civil est une très bonne chose. Ils se forment et évoluent positivement depuis leur arrivée. Ils apprennent à travailler en trinôme, en sécurité, avec les matériels mis à leur disposition, bénéficiant de l’expérience de chacun. Avec le moniteur d’intervention professionnelle (MIP), nous avons engagé des formations sur l’armement mais aussi sur les identifications, l'utilisation des moyens radios ou les applications de gestion des personnels. »

Pour le commandant de la SRT, ce type de mission contribue à une plus grande transmission de savoir et d’expérience et permet une « montée en compétence » des réservistes tout juste sortis de leur Préparation militaire gendarmerie (PMG). « Pour la plupart, cette mission en autonomie et en SRT était une première et je crois qu'ils en étaient toutes et tous satisfaits. »

La SRT s’était vu attribuer le secteur de surveillance Marquise Sud « Audinghen - Tardinghen - Audresselles – Ambleteuse ». « Il s’agit d’une zone côtière, lunaire et rurale, pouvant permettre une surveillance adaptée, décrit Patrick. La population y est favorable aux forces de l'ordre, ce qui a facilité le contact. »

©CABCOM RGBRET / GA2 GARNIER

Amélie et Bruno, deux profils, deux générations

Pour Bruno, retraité de l'arme depuis décembre 2017 après 33 ans de service en gendarmerie mobile, « cette mission est éreintante. Elle demande une grande disponibilité et une résistance physique et morale importante, mais l'état d'esprit des personnels de cette section était exceptionnel. La réserve est une mine d'or, insiste-t-il. Elle nous permet de rencontrer des jeunes très impliqués, issus de la PMG et avides de découvrir notre belle institution. Je suis fier d'avoir « orienté » certains jeunes vers les concours et de les suivre dorénavant dans leurs unités respectives. Toute aussi enrichissante est l’implication des réservistes venant du secteur civil et ayant la volonté d'apporter leur contribution à la sécurité des citoyens et de notre nation. Ils sont admirables de courage et de volonté et nous apportent un œil nouveau sur les difficultés du quotidien. Cette mixité sociale est essentielle pour la réserve. Chacun puise dans le savoir de l'autre. »

Amélie, 28 ans, a effectué sa PMG en juillet 2021. Pour cette jeune entrepreneuse, cet engagement est une évidence. « Je me sens vraiment utile, je vois l’admiration dans le regard de mes proches et surtout dans celui de mon fils de cinq ans. C’est une grande fierté pour moi de porter l’uniforme et de m’investir auprès de mes camarades d’active et de réserve. »

Il s’agissait de la deuxième mission Poséidon d’Amélie. « Ce n’est pas une mission facile car elle demande un investissement physique et mental sans faille. Nous partons pendant quinze jours, loin de nos proches, et cela peut être difficile. Heureusement, il y a un bel esprit de cohésion et il y aura toujours un camarade pour nous remonter le moral. Nous apprenons énormément les uns auprès des autres. Les plus anciens nous donnent des conseils et nous font part de leurs expériences. »