Immersion

En patrouille au pied du « Géant »

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
Les gendarmes de Moirmoiron patrouillent sur les chemins sous l'œil du mont Ventoux.
© DICOM F. BALSAMO

À Mormoiron, dans le Vaucluse, sur un territoire de plus en plus fréquenté en période estivale, gendarmes d’active et réservistes unissent leurs efforts avec, depuis cette année, un petit coup de pouce… de la fée Électricité.

Les gendarmes de la Communauté de brigades (COB) de Mormoiron n’ont pas trop à se plaindre de la vue. Perché sur un rocher entouré de vignes, le village est ceint d’un côté par les Dentelles de Montmirail, naturellement ciselées pour l’escalade, et de l’autre par les monts du Vaucluse, avec leur point culminant, le mythique mont Ventoux, surnommé le « Géant de Provence ». Un roi des montagnes très prisé des férus de petite reine, son sommet lunaire étant régulièrement pris d’assaut par des bipèdes en vélocipède, amateurs aguerris ou professionnels de la Grande Boucle.

Le sommet du Ventoux, col mythique du Tour de France.Le sommet du Ventoux, col mythique du Tour de France.

Le sommet du Ventoux, col mythique du Tour de France.

© DICOM F. BALSAMO

Mais pour s’attaquer à ces pentes, mieux vaut avoir le mollet bien galbé, et même les deux si possible. Les policiers municipaux s’y sont essayés par le passé, mais ils rentraient le plus souvent « rincés », ayant parfois mis pied à terre pour pousser la machine jusqu’au paddock. D’où le choix d’équiper la brigade de proximité de Mormoiron de VTC (Vélo Tout Chemin) à assistance électrique.

« L’idée a germé pendant le confinement, explique le chef d’escadron (CEN) Alexandre Deffaïsse, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de Carpentras. Nous avons sollicité le Leclerc de Carpentras, qui nous a proposé de bénéficier d’un vélo offert pour un vélo acheté. L’acquisition a été financée par la COB de Mormoiron, le groupe de commandement de la compagnie et l’association des Amis de la gendarmerie, dont l’aide a été précieuse. »

À la fois plus discrets et plus visibles

C’est l’heure du départ pour la patrouille électrique. Les batteries sont branchées, les casques vissés, les gilets pare-balles enfilés. Les maréchaux des logis-chefs (MDC) Angélique et Julien avalent sans effort les nombreuses bosses, malgré la chaleur. Dans le dédale de ruelles de Mormoiron, le vélo se révèle aussi un moyen de locomotion idéal. Et la présence des gendarmes cyclistes suscite curiosité et sympathie.

« C’est une approche différente de notre mission, note le major Olivier Arcamone, commandant la COB qui regroupe les brigades de proximité de Mormoiron et de Sault. Nous sommes à la fois plus discrets et plus visibles. Le gendarme en voiture est associé à la verbalisation. À vélo, il est davantage synonyme de contact et de prévention. » Les deux militaires font le tour des commerces, de la pharmacie au bureau de tabac-presse, « l’oreille du village », sourit le major.

Le vélo à assistance électrique est idéal pour patrouiller aux alentours du village où les petites bosses sont nombreuses.Le vélo à assistance électrique est idéal pour patrouiller aux alentours du village où les petites bosses sont nombreuses.

Le vélo à assistance électrique est idéal pour surveiller les alentours du village où les petites bosses sont nombreuses.

© DICOM F. BALSAMO

Au sommet du bourg, comme il se doit, l’église et la mairie côte à côte, ce qui est pratique pour les mariages. Dans le bureau du maire fraîchement réélu, Régis Sylvestre, cohabitent harmonieusement les drapeaux français, européen et provençal. « Mormoiron est en pleine expansion, assure le premier édile. Le village compte un peu moins de 2 000 habitants, et l’objectif est d’atteindre les 2 500 à la fin du mandat. Quand j’ai été élu maire en 2014, il n’y avait aucun gîte. Il y en a désormais 76 ! L’été, on compte en moyenne un millier d’habitants en plus. Nous avons donc renforcé la collaboration entre la police municipale et la gendarmerie et installé des caméras de vidéo-surveillance. L’appui des gendarmes est notamment très utile cet été, pour faire respecter le port du masque. »

Le maire de Mormoiron Régis Sylvestre reçoit les gendarmes pour échanger avec eux.Le maire de Mormoiron Régis Sylvestre reçoit les gendarmes pour échanger avec eux.

Le maire de Mormoiron Régis Sylvestre reçoit les gendarmes pour échanger avec eux.

© DICOM F. BALSAMO

L’apport des réservistes est essentiel

Direction ensuite le plan d’eau des Salettes, avec sa plage de sable bordée de pins, très appréciée des touristes. Les gendarmes effectuent leur patrouille de surveillance, échangent avec les vacanciers. Leur présence rassure, notamment pour prévenir les risques de vols à la roulotte sur le parking. « Tout se passe plutôt bien cet été, mais ce n’est pas le fruit du hasard, insiste le major Arcamone. C’est bien parce que nous sommes visibles sur le terrain. »

Les gendarmes de Mormoiron patrouillent autour du plan d'eau des Salettes, très prisé des vacanciers.Les gendarmes de Mormoiron patrouillent autour du plan d'eau des Salettes, très prisé des vacanciers.

Les gendarmes de Mormoiron patrouillent autour du plan d'eau des Salettes, très prisé des vacanciers.

© DICOM F. BALSAMO

Si les gendarmes de Mormoiron peuvent assurer une forte présence en cette période estivale, notamment autour des lieux touristiques, c’est aussi grâce au renfort des réservistes affectés à la COB dans le cadre du DEPP (Dispositif Estival de Protection des Populations), qui inclut, selon les secteurs, des réservistes ou des gendarmes mobiles du DSI (Détachement de Surveillance et d’Intervention). « Leur apport est essentiel, décrit le major. En accord avec le commandant de compagnie, nous avons réparti ces six renforts : trois à Mormoiron et trois à la brigade territoriale autonome de Beaumes-de-Venise. Leur mission prioritaire est la prévention des atteintes aux personnes et aux biens. »

Les réservistes affectés à la COB de Mormoiron procèdent à un contrôle routier à l'entrée du village.Les réservistes affectés à la COB de Mormoiron procèdent à un contrôle routier à l'entrée du village.

Les réservistes affectés à la COB de Mormoiron procèdent à un contrôle routier à l'entrée du village.

© DICOM F. BALSAMO

Le gendarme Christophe est l’un d’eux. Réserviste depuis trois ans, ce responsable logistique de 44 ans, nouvellement élu maire adjoint à Violes, son lieu de résidence, a servi cet été sept jours à Mormoiron et quatre jours à Beaumes-de-Venise. « Je le fais surtout pour mes cinq enfants, pour leur montrer l’exemple », explique-t-il.

À ses côtés Brice-Lionel, 25 ans, réserviste depuis octobre 2018. En attente d’incorporation à l’école de gendarme adjoint volontaire, il aura passé plus de 40 jours cet été en brigade, dont huit à Mormoiron. « C’est une grosse expérience du terrain, mais aussi une expérience humaine », assure-t-il.

Le troisième homme se prénomme Yvan, 49 ans, chef de la patrouille, adjudant-chef de réserve depuis 2006. « J’ai toujours voulu garder un lien avec le monde militaire », souligne cet ancien sous-officier de l’armée de Terre, magasinier à Avignon dans le civil. « C’est très important d’avoir un gradé pour encadrer », ajoute le major Arcamone.

Ensemble, d’active ou réservistes, à vélo électrique ou à pied, ces gendarmes unissent leurs efforts pour que l’été se déroule dans les meilleures conditions, au pied du « Géant de Provence ».