Immersion

Prévention des cambriolages : les bons conseils des correspondants sûreté des Yvelines

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Tous droits réservés

En complément de la traditionnelle Opération tranquillité vacances (OTV), qui offre une surveillance des habitations en l’absence des résidents, les correspondants sûreté des brigades proposent aussi des consultations, afin d’améliorer la protection de l’habitat toute l’année. Reportage dans les Yvelines, à l’occasion de la journée européenne de lutte contre les cambriolages.   

Orgeval est ce qu’on a coutume d’appeler une petite ville tranquille, nichée dans une zone boisée du département des Yvelines, dominant une boucle de la Seine. La partie urbanisée de ce territoire plutôt rural se compose très majoritairement d'habitations individuelles, réparties dans le bourg et les nombreux hameaux qui l'entourent.

L’été, ici comme ailleurs, les pavillons se vident… Et, ici comme ailleurs, les citoyens qui quittent leur domicile ont la possibilité de s’inscrire, via un formulaire papier ou par mail, à l’Opération tranquillité vacances (OTV), afin de demander aux forces de gendarmerie ou de police une surveillance de leur habitation, de jour comme de nuit, le soir comme le week-end.

Une protection toute l’année

« Il convient de rappeler que l’opération tranquillité vacances ne se limite pas à la période estivale, mais fonctionne toute l’année », précise l’adjudant Arnaud, référent sûreté de la Cellule prévention technique de la malveillance (CPTM) du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) des Yvelines. « D’ailleurs, on constate que les cambriolages ont davantage lieu à la rentrée, au moment du changement d’heure, appuie l’adjudant Pierre, correspondant sûreté de la Brigade territoriale autonome (BTA) d’Orgeval. L’été, les voleurs suivent souvent les vacanciers... »

Raison pour laquelle les correspondants sûreté au sein des brigades doublent cette opération de prévention de consultations de sûreté, destinées à améliorer la protection de la maison toute l’année, y compris en présence de ses habitants, et pas uniquement en leur absence. « Plus on investit dans la prévention, moins on devra agir en réaction, estime Arnaud. Notre travail, c’est aussi l’anticipation, pas uniquement la prise en charge des victimes. » Pierre complète : « C’est aussi comme cela que l’on peut obtenir du renseignement, et du bon. Ceux qui s’inscrivent sont généralement ceux qui nous en fournissent. »

Concrètement, les correspondants sûreté proposent aux citoyens, notamment lorsqu’ils s’inscrivent à l’OTV, ces consultations gratuites et sur mesure. Les gendarmes se déplacent chez eux et font le tour de la maison, à l’extérieur comme à l’intérieur, pour déceler les failles éventuelles. La maison est aussi une porte d’entrée pour évoquer d’autres sujets. « Généralement, je propose que toute la famille soit présente, notamment les adolescents, afin d’élargir la discussion, car c’est l’occasion d’aborder de nombreux dangers, comme le harcèlement sur les réseaux sociaux, les arnaques sur Internet, ou encore les risques encourus lorsqu’on retire de l’argent ou qu’on prend de l’essence », ajoute l’adjudant Pierre.

 

Protège ta maison

Aujourd’hui, l’adjudant Pierre et le gendarme Damien rendent visite au propriétaire d’une belle propriété bien entretenue. Ce dernier est plutôt bien équipé en apparence, avec des caméras de chasse en extérieur, et un système d’alarme à l’intérieur… mais hors service, faute d’accus. Pierre et Damien lui conseillent de le remettre en fonction rapidement, et d’installer des détecteurs à l’étage, car les cambrioleurs entrent souvent par les fenêtres en hauteur.

Les gendarmes proposent également au propriétaire une auto-évaluation du niveau de sûreté de sa demeure via l’application Protège ta maison (PTM), développée par la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), et testée depuis 2020 dans cinq brigades territoriales du GGD 78, dont celle d’Orgeval. « Une locomotive, assure l’adjudant Arnaud. Ils se sont approprié l’outil, en ont systématisé l’emploi. Et leurs retours sont très précieux pour les développeurs. Ce n’est pas surprenant, car le contact est au cœur de leur action depuis longtemps. Ils ont de l’ancienneté et une excellente connaissance de leur territoire et de leur population. »

L’application consiste en un quiz portant sur trois grandes thématiques - Environnement, Habitation, Habitudes - avec à chaque fois une série de questions. « L’important, c’est de faire comprendre que tout n’est pas coûteux, insiste Arnaud. Si on ne peut pas agir sur les éléments techniques, on peut en revanche modifier ses habitudes, gommer les imprudences qui sont autant de failles exploitables par les cambrioleurs. » À l’issue du questionnaire, l’application affiche les résultats sous la forme d’un polygone, avec une note sur 10. L’auteur de ces lignes a obtenu un piètre 5.