Ils contraignaient des mineurs à cambrioler : un vaste réseau démantelé dans le Gard

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

11 personnes ont été interpellées cette semaine, pour plus de 1500 vols et cambriolages perpétrés par des mineurs, durant 6 mois, entre Perpignan (66) et Cannes (06). L’enquête, menée par la gendarmerie du Gard, a permis le démantèlement d’un réseau organisé autour des membres d’un clan familial.

En septembre 2017, les gendarmes de la brigade de Bernis interpellent en flagrant délit deux mineures qui venaient de commettre des cambriolages à Vergèze, dans le Gard. S’en suit une longue et méticuleuse enquête qui permet d’aboutir à une première opération judiciaire, quatre mois plus tard. Le 21 janvier 2018, sur l’aire d’accueil des gens du voyage, à Villeneuve-lès-Avignon, 9 personnes sont interpellées, dont des mineurs, et 700 bijoux saisis, pour un poids total de 4,5 kg d’or.

Les gardes-à-vue permettent de déterminer que les mineurs étaient exploités et contraints de « commettre 10 cambriolages par jour. Ils devaient effectuer un quota sinon ils ne rentraient pas dans le camp. Tous les matins ils étaient déposés dans un quartier, dans une ville ou un village différent et ils sonnaient aux portes. Si personne ne répondait, ils rentraient dans les maisons et dévalisaient l'or, l'argent, les bijoux », a précisé le chef d'escadron Laurent Rougès, patron de la compagnie de Vauvert, en charge des investigations.

Les enquêteurs des brigades de recherches Vauvert, Nîmes et Bagnols-sur-Cèze, renforcés ponctuellement par le groupe d’observation et de surveillance de Montpellier, permettent de mettre en évidence l’existence d’un réseau hiérarchisé, organisé autour des membres d’un clan familial, partagé en deux groupes : l’un dans le sud de la France, près d’Avignon, et l’autre en région parisienne.

Une deuxième opération judiciaire s’est déroulée le 12 mars 2018, et a permis d’interpeller onze mis en cause, dont les têtes de réseau en région parisienne. Lors des perquisitions, plus de 430 bijoux et objets volés ont été découverts, représentant environ 2 kg d’or, ainsi que 15 000 euros en espèces et une vingtaine de montres de luxe.

Présentés devant un juge d’instruction nîmois, quatre individus ont été déférés et mis en examen, un cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Au total, les enquêteurs évaluent à environ 1500 les faits commis par les mineurs de ce réseau sur l’ensemble de l’arc méditerranéen (de Perpignan à Cannes) au cours des 6 derniers mois.