Un trafic international de chiens démantelé en Haute-Saône

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Un couple, soupçonné d'être au cœur d'un trafic international de chiens, a été interpellé et placé en garde à vue, lundi 19 mars, par les enquêteurs de la brigade de recherches de Vesoul (70).

Lundi 19 mars, les gendarmes ont interpellé et placé en garde à vue un couple de Haut-Saônois pour des faits « d’introduction sur le territoire d’animaux non conformes aux conditions sanitaires ou de protection  », « d’exécution d’un travail dissimulé  », « de blanchiment  », « d’exercice illégal de la médecine ou de la chirurgie des animaux  » et « de manœuvre en vue d’obtenir irrégulièrement un médicament vétérinaire  ».

L’enquête est confiée à la brigade de recherches de Vesoul (70) par le Parquet de la Haute-Saône le 18 octobre 2017, après le signalement d'un potentiel trafic de chiens réalisé depuis plusieurs années sur la commune d’Autoreille (70), par un ancien vétérinaire, radié de l'ordre en 2010 pour 10 ans.

Le mis en cause exerce le commerce de chiots dans le cadre d’une société régulièrement déclarée jusqu’au 21 octobre 2014. Les chiens, essentiellement importés de Slovaquie, sont vendus à des particuliers par le biais d’annonces mises en ligne sur un site Internet bien connu.

Les investigations démontrent que l’activité a perduré au cours de l’année 2015, avec l’encaissement de chèques de particuliers sur le compte bancaire du mis en cause. Depuis le 1er janvier 2016, 135 chiens ont ainsi été vendus, dont 118 provenant de Slovaquie. Le montant des sommes encaissées dans le cadre de ces ventes, entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2017, s’élève à 130 000 €. L’épouse du mis en cause a également encaissé de nombreux chèques bancaires issus de la vente de chiots.

Le 16 mars, les autorités slovaques informent les enquêteurs français d’un nouvel achat de 20 chiots par le mis en cause, dont la réception est prévue le lendemain. Une opération coordonnée avec la Direction départementale de la cohésion sociale et la protection des populations de la Haute-Saône est déclenchée le 19 mars, à 8 heures, avec l’appui de la brigade nationale vétérinaire, de la SPA et des services vétérinaires du département.

19 chiots (11 bouledogues français et 8 carlins) sont saisis et placés sous main de justice dans un refuge SPA. De nombreux médicaments vétérinaires détenus illégalement sont également placés sous scellés. Le solde du compte bancaire de la société, soit 1 747 €, ainsi que le compte personnel de l’épouse, soit 720 € sont saisis.

Le couple risque jusqu’à 5 ans de prison.

Par la capitaine Céline Morin