Actualités

La gendarme Éloïse Lapaille reçue à Beauvau à l’occasion de la campagne « Orange day »

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© DICOM

Ce lundi 23 novembre, la gendarme et chanteuse Éloïse Lapaille a été reçue à Beauvau par la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, accompagnée du directeur général de la gendarmerie, le général d’armée Christian Rodriguez. Défendant la cause des victimes de violences conjugales, la jeune femme a participé à l’illumination symbolique du ministère en orange.

Tout s’accélère depuis un mois pour la jeune gendarme adjoint volontaire Éloïse Lapaille. En septembre dernier, elle débarquait pour la première fois à Paris, pour interpréter une chanson sur les violences conjugales, dans le cadre de l’émission « La France a un incroyable talent ».

Elle même témoin de Violences intra-familiales (VIF) lorsqu’elle était plus jeune, elle a transformé cette terrible expérience en force, en rejoignant les rangs de la gendarmerie et en donnant de la voix sur scène !

Après son passage sur M6, la jeune femme a déjà été contactée par des maisons de production, mais aussi par de nombreuses victimes de violences touchées par son engagement.

Une couleur et une voix qui réchauffent les cœurs

C’est donc presque naturellement que la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, a fait appel à elle dans le cadre de l’Orange Day. En effet, depuis 2014, l’ONU organise chaque année une campagne internationale, ayant lieu du 25 novembre (Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (journée des droits humains). Dans le cadre de ces « 16 journées d’action contre les violences faites aux femmes », le 25 novembre est devenu « Orange Day », la couleur orange symbolisant un avenir meilleur et un monde plus juste, sans violence à l’encontre des femmes et des filles.

Ce lundi 23 novembre, en avance de phase et en présence des autorités, Marlène Schiappa a souhaité procéder, pour la première fois, à l’illumination de la façade du ministère de l’Intérieur en orange. « C’est un message fort des 290 000 femmes et hommes travaillant au sein du ministère », a déclaré la ministre.

Pour procéder à cette action symbolique, elle a convié Sylvie Tellier, directrice du comité Miss France, soulignant à son adresse : « Je connais votre engagement. Vous étiez déjà venue avec les miss visiter la plateforme du 3919. La voix du comité Miss France est importante pour faire connaître les dispositifs existants contre ces violences. »

Après avoir éclairé ensemble la façade de Beauvau, les deux femmes ont cédé la place à Éloïse, venue spécialement, pour la deuxième fois de sa vie, dans la capitale ! Au beau milieu de la cour du ministère, la jeune femme a donné la chair de poule à toutes les personnes présentes, en interprétant le titre engagé « Figures », de Jessie Reyez. Retransmise en live sur les réseaux sociaux, sa prestation a ému tout l’auditoire, à commencer par la ministre, qui a salué l’engagement de cette gendarme et l’a encouragée à poursuivre dans cette voie.

© DICOM

Une expérience inoubliable

Interprétant la chanson vêtue de son uniforme, Éloïse Lapaille a défendu cette cause, baignée de lumière orange tout en arborant le bleu de la maison gendarmerie. Et c’est bien une grande famille qui était derrière elle ce soir-là !

En effet, tutrice de la jeune femme au sein de leur brigade, la maréchale des logis-cheffe Coralie avait fait le déplacement pour accompagner et soutenir sa filleule :« Nous sommes tous très fiers de toi Éloïse, toute la brigade est derrière toi ! » Elle-même référente VIF dans l’unité, elle a été particulièrement sensible à l’organisation de cet événement symbolique.

© SIRPAG

Éloïse a également eu l’honneur d’être reçue et encouragée par le général Christian Rodriguez, dans son bureau au sein du ministère. « J’ai regardé votre prestation à la télévision et j’ai été subjugué par votre talent. Bravo pour votre sincérité et merci de votre engagement face aux violences conjugales, qui restent un vrai fléau ! », a confié le directeur général.

Impressionnée par ces rencontres hautes en couleur, Éloïse n’est pas prête d’oublier cette journée forte en émotions :  « C’était irréel de me retrouver au ministère et même dans le bureau du directeur général ! Je ne pensais pas vivre ces moments magnifiques. Ces souvenirs vont rester gravés dans ma mémoire. Je pense que j’en parlerai encore à mes petits-enfants quand je serai vieille ! »