Actualités

Jan, policier allemand engagé en Vendée

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Jan, policier allemand, et son chef le temps du mois d'août, le lieutenant Nicolas Juste, qui commande la CoB de Saint-Jean-de-Monts.
Jan, policier allemand, et son chef le temps du mois d'août, le lieutenant Nicolas Juste, qui commande la CoB de Saint-Jean-de-Monts.
© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

Au mois d’août, sur le front de mer et dans les rues de Saint-Jean-de-Monts, résidents et vacanciers ont pu croiser Jan, membre de la polizei à Berlin, engagé au sein de la gendarmerie nationale dans le cadre des brigades européennes.

Durant la période estivale, le territoire de la compagnie de gendarmerie départementale des Sables-d’Olonne, dont la population augmente de manière considérable, bénéficie d’une protection renforcée, dans le cadre du Dispositif estival de protection des populations (DEPP) de la gendarmerie nationale. Gendarmes mobiles, réservistes et gendarmes départementaux, détachés d’autres unités du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de la Vendée, ont donc été affectés aux différentes unités de la compagnie, permettant ainsi de multiplier les patrouilles, de jour comme de nuit.

Au sein de la Communauté de brigades (CoB) de Saint-Jean-de-Monts, l’un de ces renforts n’est pas gendarme, mais policier, et il n’est pas français, mais allemand. Jan a 32 ans. Il est membre de la polizei depuis 2010, affecté à une brigade anti-criminalité à Berlin. Il est arrivé à Saint-Jean-de-Monts le 1er août. « J’ai répondu à un appel de la polizei qui cherchait des volontaires parlant français, explique-t-il dans un français effectivement impeccable. À Berlin, nous sommes une dizaine à connaître cette langue, et cinq policiers ont été choisis pour renforcer les unités de la gendarmerie. J’ai également un ami parlant espagnol qui est parti à Majorque rejoindre la Guardia civil. »

C’est super, c’est l’Europe !

Chaque année, des unités de gendarmerie sont ainsi renforcées par des policiers ou des gendarmes issus d’autres pays de l’Union européenne, dans le cadre de la coopération policière européenne, pilotée au niveau national par la Direction de la coopération internationale de sécurité (DCIS), comme ce fut le cas notamment cet été au Mont-Saint-Michel, avec les polices allemande et irlandaise, ou autour du Château de Chambord avec la Guardia civil espagnole.

Avec son sourire avenant et sa disponibilité, Jan s’est rapidement intégré à son unité d’été. « Il a constitué un apport indéniable », se félicite le lieutenant Nicolas Juste, commandant de la CoB. « Mes missions étaient exactement les mêmes que celles des gendarmes, décrit Jan. Je participais aux patrouilles, de jour comme de nuit. »

Le renfort de policiers européens permet un échange de compétences, de bonnes pratiques, enrichissant pour les forces des deux pays concernés. L’apport linguistique est également essentiel, particulièrement dans les zones touristiques. « Que ce soit lors des patrouilles, pour la prise de plainte, voire les auditions dans le cadre d’une garde à vue, c’est plus facile pour les citoyens allemands, autrichiens ou néerlandais de s’exprimer en allemand », confirme Jan.

Et le patch Polizei sur le gilet pare-balles fait aussi son petit effet lors des missions de contact. « Les gens sont intrigués, mais ils disent : « C’est super, c’est l’Europe ! » L’accueil est très positif. » Alors que se termine cette mission vendéenne, Jan envisage déjà de postuler pour l’année prochaine, pourquoi pas dans la même région. « Lors de mes repos, j’ai pu profiter de la forêt, de la plage, se réjouit-il. On peut dire que ça change de Berlin ! »