Immersion

Vendée : le Pays de Monts sous haute protection des gendarmes

Auteur : Antoine Faure - photos GAV T. Doublet - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

Bordée d’une superbe plage de huit kilomètres de long, et disposant de nombreuses structures d’accueil, la commune de Saint-Jean-de-Monts attire les touristes en très grand nombre en juillet et août. En lien étroit avec la municipalité, la gendarmerie assure une forte présence, de jour comme de nuit, avec le renfort de gendarmes mobiles et départementaux détachés, de réservistes, ainsi que de moyens spéciaux pour s’adapter au terrain.

Avec notamment plus de 80 campings, la ville de Saint-Jean-de-Monts est la première station balnéaire de la côte Atlantique, et la deuxième de France après le Cap d’Agde, en termes de capacité d’accueil. Pendant la période estivale, la population enfle et change à vue d’œil. « De 9 000 habitants l’hiver, nous passons à plus de 120 000 l’été, détaille Véronique Launay, maire de Saint-Jean-de-Monts. En toute logique, nous connaissons alors l’insécurité d’une ville de plus de 100 000 habitants. La municipalité s’adapte, avec une centaine de renforts saisonniers, d’avril à octobre : sauveteurs et CRS de plage, agents des espaces verts et policiers municipaux. Dans cette organisation, la présence des gendarmes est essentielle, notamment celle des gendarmes mobiles, après un été 2021 où ils avaient été rappelés les week-ends à Paris, pour encadrer les manifestations anti-vaccin. »

« Nous avons chaque samedi une réunion en mairie avec les policiers municipaux, les pompiers, les sauveteurs et les CRS de plage », ajoute le lieutenant Nicolas Juste, commandant de la Communauté de brigades (CoB) de Saint-Jean-de-Monts, qui se félicite de « cette excellente synergie entre la gendarmerie et les autres acteurs de la sécurité. »

La maire de Saint-Jean-de-Monts, Véronique Launay, fait un point sur la sécurité avec le lieutenant Nicolas Juste, commandant de la communauté de brigade de Saint-Jean-de-Monts, et le chef de la police municipale, James Blanchet.

La maire de Saint-Jean-de-Monts, Véronique Launay, fait un point sur la sécurité avec le lieutenant Nicolas Juste, commandant de la communauté de brigade de Saint-Jean-de-Monts, et le chef de la police municipale, James Blanchet.

© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

Trois fois plus d’interventions en août

La CoB regroupe les brigades de proximité de Saint-Jean-de-Monts et de Beauvoir-sur-Mer, ainsi que le poste provisoire de Notre-Dame-de-Monts, ouvert pendant l’été et armé par six réservistes. Les gendarmes de la CoB sont aussi renforcés par un Détachement de surveillance et d’intervention (DSI) de 16 militaires de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 16/3 de Mamers. La brigade de Beauvoir-sur-Mer bénéficie en outre de l’apport de six gendarmes : deux départementaux issus d’autres compagnies, deux mobiles de l’EGM 15/3 de Vannes et deux réservistes ; celle de Saint-Jean-de-Monts du renfort de sept militaires : deux gendarmes mobiles du même escadron, quatre gendarmes départementaux et un réserviste. « Avec également un gendarme de la Brigade de recherches (B.R.) des Sables-d’Olonne qui constitue une grosse plus-value, souligne le lieutenant Juste. Sans oublier Jan, membre de la polizei allemande, détaché par la Direction de la coopération internationale de sécurité (DCIS), dans le cadre des brigades européennes, et dont l’apport est indéniable. »

Jan, policier allemand, et son chef le temps du mois d'août, le lieutenant Nicolas Juste, qui commande la CoB de Saint-Jean-de-Monts.
Jan, policier allemand, et son chef le temps du mois d'août, le lieutenant Nicolas Juste, qui commande la CoB de Saint-Jean-de-Monts.

Jan, policier allemand engagé en Vendée

Au mois d’août, sur le front de mer et dans les rues de Saint-Jean-de-Monts, résidents et vacanciers ont pu croiser Jan, membre de la polizei à Berlin..

Lire la suite...

Le DSI est commandé par le lieutenant Adam. « Nous avons été engagés du 18 juillet au 29 août, avec une relève interne à mi-déplacement, mais la moitié des gendarmes est restée pendant toute la durée de la mission, ce qui a permis de conserver une bonne connaissance du terrain. Nous avons été rappelés un seul week-end à Paris, pour l’arrivée du Tour de France. » Les mobiles patrouillent sur trois créneaux : 15 heures – 20 heures, 21 heures – 3 heures, et 1 heure – 7 heures. « Nous sommes douze militaires dehors au moment de la sortie des nombreux bars de l’avenue de la Mer, poursuit le lieutenant Adam. Nous avons vraiment constaté une différence de population entre juillet et août, et bien sûr entre la semaine et le week-end. Nous avons eu trois fois plus d’interventions en août par rapport au mois de juillet, essentiellement des tapages sur fond d’alcool, mais heureusement pas de grosses rixes. »

 

Dissuasion, prévention, intervention

« Il y avait eu beaucoup plus de violences l’été dernier, sans doute en raison des fortes tensions dans la société, mais cela s’est beaucoup mieux passé cette année, grâce notamment à la présence des gendarmes », se félicite Véronique Launay. « La visibilité sur le terrain est primordiale, confirme le lieutenant Juste. Nous sommes présents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour rassurer la population et dissuader les délinquants. »

En plus de leurs missions de surveillance, de leurs interventions et des contrôles de sécurité routière, les gendarmes de la CoB font également de la prévention avec une priorité : la lutte contre les Violences intra-familiales (VIF). « Les touristes viennent en vacances avec leurs problèmes, insiste le commandant de l’unité. Si la population augmente, les VIF augmentent. Nous menons des opérations de prévention auprès des directeurs de camping afin qu’ils placent les affiches rappelant le slogan « Réagir peut tout changer », avec les numéros d’urgence à composer, que l’on soit victime, témoin, voire auteur de ces faits. »

© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

En raison du particularisme du territoire, avec sa longue plage de 8 kilomètres et sa forêt domaniale séparant la ville en deux, la gendarmerie a aussi décidé l’emploi à Saint-Jean-de-Monts de moyens spéciaux : un poste à cheval et des motos tout-terrain. « Les patrouilles équestres sont très utiles, notamment en raison de leur forte visibilité sur les marchés et les parkings, mais aussi pour les recherches de personne disparue, note le lieutenant. En ce qui concerne les motos tout-terrain, c’est un outil très intéressant, et je tenais à avoir le maximum de gendarmes formés à leur conduite pour cette saison estivale. »

© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

En selle avec les cavaliers du poste à cheval de Saint-Jean-de-Monts

Rencontre sur la plage de Saint-Jean-de-Monts avec trois gendarmes affectés au poste à cheval, ouvert dans le cadre du Dispositif estival de protectio..

Lire la suite...

 

En selle avec les gendarmes à moto tout-terrain de la Communauté de brigades (Cob) de Saint-Jean-de-Monts

Le maréchal des logis-chef (MDC) Geoffrey et le gendarme Arnaud, tous deux affectés à la brigade de proximité de Saint-Jean-de-Monts, ont été formés a..

Lire la suite...

Dissuasion, prévention, intervention : en Vendée, comme partout sur le territoire, les gendarmes unissent leurs forces, leurs moyens et leurs compétences pour permettre aux vacanciers de passer un été en toute sécurité.

Nouvelle illustration avec notre prochaine et dernière étape de ce tour du DEPP vendéen : la brigade territoriale autonome et la brigade nautique de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.