Actualités

Les gendarmes des Yvelines proposent des outils de cyberprévention aux élus

Auteur : le chef d'escadron Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GENDARMERIE/SIRPA/B.LAPOINTE
Face à l’utilisation massive d’Internet et aux cybermenaces qui se multiplient, le Groupement de gendarmerie départementale des Yvelines (GGD 78), en lien notamment avec le ComCyberGend, a développé deux outils pour mieux accompagner les collectivités territoriales dans ce domaine.

Courant avril, le Directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) s’est vu présenter par le Groupement de gendarmerie départementale des Yvelines (GGD 78) et le Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace (ComCyberGend), deux outils de cyberprévention à destination des élus.

En préambule, le colonel Sylvain Tortellier, commandant du GGD 78, a rappelé la genèse du projet. « Depuis plusieurs années maintenant, nous accompagnons la population face aux risques cyber. C’est le cas, par exemple, avec le Programme territorial d’éducation à la cyber tranquillité (PROTECT) à destination des jeunes, pour les sensibiliser aux fakes news, au complotisme, au cyberharcèlement. Nous avons également mis en place une task force cyber composée de gendarmes de la Section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces (SOLC) et de la Cellule prévention technique de la malveillance (CPTM), qui est déjà intervenu au profit d’une cinquantaine d’entreprises sous la forme de deux conférences « Gend’Eco » et auprès de 90 élus à travers quatre modules d’information»

Un pré-diagnostic cyber

Outre les jeunes publics et les entreprises, la gendarmerie souhaite également accompagner les élus. Les gendarmes du GGD 78 sont donc allés à leur rencontre pour réaliser des entretiens ciblés et échanger à partir d’un questionnaire simple sur leurs équipements et l’utilisation qui en est faite. Très apprécié des maires, ce support de sensibilisation a été repris et étoffé par le ComCyberGend, afin de réaliser un pré-diagnostic « immunité cyber ».

Au travers de questions ciblées, selon la taille de la commune, il consiste à établir un état des lieux selon neuf thématiques. Accompagné d’un gendarme, l’élu y répond et se voit délivrer, à l’issue, une synthèse et des préconisations.

Un mémento sous la main

Au-delà de cette évaluation des risques, les militaires des Yvelines ont également pensé à élaborer une sorte de mémento permettant de rappeler les principales informations en la matière. « Nous voulions impacter un maximum de maires, car il y avait de nombreuses infractions cyber durant les confinements. Il fallait agir au cœur des territoires, au profit d’élus parfois dépassés. En complément des modules d’information, nous voulions leur faire un rappel, mais qui ne prenne pas la forme d’un énième mail, car ils sont déjà débordés », explique l’adjudant Arnaud.

Parti de ce constat, le GGD 78 a fait éditer des sous-main récapitulant les cybermenaces existantes (défaçage, rançongiciel, hameçonnage, piratage), leurs conséquences et les bons réflexes à adopter pour s’en prémunir (mots de passe, mises à jour, double authentification, etc.). L’adresse mail vers la hotline cyber du groupement y est également notée, permettant au maire de pouvoir joindre à tout moment un gendarme spécialisé en cas de doute. Ces sous-main, qui ont également l’avantage d’être placés sous le clavier de l’ordinateur, ont déjà été distribués aux 90 élus ayant participé aux modules et ont séduit le DGGN, qui s’est vu offrir un prototype.