Enquêtes

Tarn-et-Garonne : un piratage informatique met en lumière tout l’intérêt de la cybersécurité

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Tous droits réservés

Enquêtant sur une intrusion dans les systèmes informatiques d’une entreprise, les gendarmes du Tarn-et-Garonne en ont identifié l’auteur : un ancien employé. L’occasion pour le groupement de revenir sur la sensibilisation des entreprises à ces risques numériques.

Une perte de 500 000 euros, ça fait froid dans le dos ! C’est le préjudice qu’aurait pu subir une société en raison d’un dysfonctionnement de ses chambres froides faisant suite à une intrusion dans son système informatique. Après des investigations minutieuses, les gendarmes de la brigade de Moissac et l’enquêteur en technologies numériques (NTECH) du groupement de gendarmerie du Tarn-et-Garonne ont pu identifier l’auteur de l’infraction. Cette affaire met en lumière l’importance de la sensibilisation des entreprises aux risques informatiques qu’elles encourent.

Concours du NTECH

En août 2019, une entreprise montalbanaise constate un dysfonctionnement dans ses chambres froides. Immédiatement, elle avertit le sous-traitant, qui identifie une modification des paramètres de refroidissement. Heureusement pour l’entreprise, les chambres froides étaient vides, mais dans le cas contraire, la perte aurait pu s’élever à 500 000 euros ! Après le dépôt de plainte, les gendarmes de la brigade de Moissac débutent leurs investigations. Le domaine informatique nécessitant certaines compétences techniques, ils demandent immédiatement le concours de l’enquêteur NTECH, afin de pouvoir exploiter les données informatiques de l’entreprise. Celui-ci va alors les analyser et remonter jusqu’à un individu, un ex-employé, qui s’est introduit dans les systèmes d’information de la société. L’exploitation de son matériel informatique et le résultat des réquisitions téléphoniques permettront de confirmer son implication. À l’issue de son audition par la brigade de Moissac, le mis en cause est convoqué en justice à la fin de l’année 2020.

Dispositifs de sensibilisation des entreprises aux attaques informatiques

Cette affaire a été l’occasion pour le groupement de gendarmerie du Tarn-et-Garonne de rappeler les dangers informatiques qui pèsent sur les entreprises. À ce titre, il multiplie les initiatives pour leur faire prendre conscience de l’importance d’investir dans la sécurité des systèmes informatiques. Dans le cadre de l’opération #RépondrePrésent, le groupement a d’ores et déjà affermi ses liens avec les différentes sociétés de sa circonscription, en développant deux dispositifs : l’opération tranquillité entreprise et l’opération tranquillité chantier.

Par ailleurs, grâce à l’activité des référents sûreté, à la prévention cyber faite par les enquêteurs NTECH et à la diffusion de bonnes pratiques par l’ensemble des unités du département, le groupement sensibilise et accompagne quotidiennement les sociétés dans leur stratégie sécuritaire.

En complément, l’approche partenariale fait également l’objet d’un développement important. En effet, les acteurs civils sont nombreux et chacun contribue à l’élaboration de la politique de cybersécurité. Ainsi, le commandant de groupement rencontrera, au cours du mois de septembre, la présidente de la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI), afin d’échanger sur les éventuels dispositifs à mettre en place pour gagner en efficacité et en réactivité. Et pourquoi pas, à terme, mettre en place un véritable réseau grâce à la création d’une Brigade de protection des entreprises, sur le même modèle que celle de protection des familles.

Une problématique nationale

D’une façon plus générale, la gendarmerie tout entière a pour objectif de développer la prévention des entreprises contre les risques cyber, autrement appelée « cybersécurité ». Aujourd’hui, la dépendance au numérique est croissante et rares sont les sociétés qui ne disposent pas d’un système informatique pour fonctionner. Une attaque, un dysfonctionnement, et la paralysie peut être totale. La nécessité de se doter d’un dispositif de sécurité est alors indéniable, les cyberattaques ne pouvant aboutir que si le système est vulnérable. Au cours des dernières années, plusieurs actions ont donc été mises en place par l’Institution, en complément des initiatives locales : des « référents intelligence économique » ont été répartis sur l’ensemble du territoire, un réseau de réservistes experts en la matière a été associé à la réflexion au sein de la Mission numérique de la gendarmerie nationale, des conventions avec les universités ont été conclues pour perfectionner la formation des militaires spécialisés… En phase avec l’évolution de la société et soucieuse de garantir la sécurité en tout temps et en tout lieu, la gendarmerie entend bien répondre présent, même sur le territoire numérique !