Loire-Atlantique : interpellation de l’incendiaire présumé des véhicules de gendarmerie

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

L’ADN a parlé ! Dans la nuit du 26 au 27 juillet dernier, deux véhicules de service et une voiture personnelle brûlaient dans l’enceinte de la caserne de gendarmerie de Pornic (44), rappelant des faits similaires survenus à Saint-Brevin-les-Pins (44), en mai dernier. Les investigations menées par les gendarmes, confirmées par les empreintes ADN, ont permis d’identifier l’auteur présumé des incendies.

Les enquêteurs n’auront pas mis longtemps à retrouver « l’homme qui mettait le feu aux poudres » !

Le 27 juillet dernier, les pompiers intervenaient en pleine nuit dans l’enceinte de la compagnie de gendarmerie de Pornic pour maîtriser les flammes ravageant trois véhicules. Les deux départs de feu, espacés d’une vingtaine de mètres, ne laissaient aucun doute sur le fait que la piste criminelle devait être envisagée.

D’après les constations effectuées par les gendarmes, les incendies auraient été déclenchés par des zip à barbecue placés sous le moteur des voitures. Dans le cadre des auditions, un témoin explique avoir vu un homme seul, sur un scooter, aux abords de la caserne cette nuit-là. Mais ce sont les empreintes ADN relevées sur place qui permettent aux enquêteurs d’identifier rapidement le suspect. Et l’individu n’en serait pas à son premier coup d’essai ! Les traces ADN analysées correspondent également à celles retrouvées sur les lieux de l’incendie de quatre véhicules de gendarmerie, le 10 mai dernier, à la brigade de Saint-Brevin-les-Pins (44) !

Le 29 juillet dernier, soit 48 heures après l’incendie, l’homme, âgé de 21 ans et originaire de Saint-Viaud (44), est interpellé et placé en garde à vue. Il ne donne aucune explication à ses gestes et conteste les faits. Déféré ce vendredi 31 juillet devant le tribunal de Saint-Nazaire, il a été mis en examen pour destruction volontaire, mise en danger de la vie d’autrui et intrusion dans une enceinte militaire.

Cette ouverture d’information devrait également permettre d’établir son profil psychologique.