Actualités

Le directeur général de la gendarmerie intervient lors de l’A.G. du GIP ACYMA

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Tous droits réservés

Jeudi 3 mars, devant l’assemblée générale du Groupe d’intérêt public Action contre la Cybermalveillance (GIP ACYMA), le général d’armée Christian Rodriguez a rappelé les liens étroits qui unissent la gendarmerie à l’organisation.

Poursuivant son investissement dans le milieu cyber, afin de répondre aux besoins des usagers, la gendarmerie, à travers le ComCyberGend, entretient une collaboration fructueuse avec le GIP ACYMA. Ce dernier joue en effet un rôle central dans le domaine du cyberespace, grâce à ses missions d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance, de prévention et de sensibilisation sur les risques, ainsi que d’observation et d’anticipation du risque numérique.

À ce titre, le directeur général de la gendarmerie, le général d’armée Christian Rodriguez, s’est exprimé devant l’assemblée générale du GIP ACYMA. Lors de son intervention, il a souligné l’importance de la collaboration des deux entités dans la lutte contre les cybermenaces.

Développement de projets communs

Plusieurs initiatives développées par la gendarmerie et le GIP ACYMA sont d’ores et déjà mises en place ou à venir, telles que le Projet Immunité Cyber, en lien avec l’Association des maires de France (AMF), ou encore celui d’outil d’auto-diagnostic « protection cyber pour les entreprises ». Ces dispositifs sont accessibles à toutes les entités, publiques et privées, et leur permettent d’évaluer et d’améliorer leur degré de protection en matière cyber.

Mais l’action de la gendarmerie dans la lutte contre les cybermenaces passe également par la formation de ses enquêteurs. Fort de son expérience en la matière, le GIP ACYMA élabore donc, en lien avec le ComCyberGend, des modules de formation, utilisables lors des formations initiales comme continues.

Lors de l’assemblée générale du GIP, le 3 mars dernier, le directeur général de la gendarmerie a également annoncé la mise à disposition d’un officier de gendarmerie au sein de cet organisme, à compter de l’été 2022. Sa présence renforcera d’autant plus les liens unissant les deux entités et favorisera la mise en place de projets communs.

La plateforme Cybermalveillance.gouv.fr

Par la place qu’il prend mais également par les risques qu’il présente, le milieu cyber est devenu un enjeu sécuritaire majeur. S’il y a lieu d’y traquer les délinquants, il est également nécessaire de sensibiliser les usagers aux dangers présents. Ainsi, de nombreuses actions sont menées par la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, gérée par le GIP ACYMA.

Dispositif co-fondé par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) en 2017, celle-ci exerce à la fois des missions d’assistance, de prévention et d’observation. L’étude des demandes d’assistance formulées sur la plateforme, qui a fait converger plus de 2,5 millions de connexions en 2021, démontre que 90 % des victimes sont des particuliers. Néanmoins, les entreprises et les collectivités locales ne sont pas exclues et constituent également des cibles de choix pour les cyberattaques. Ainsi, des campagnes publicitaires ciblées, adaptées aux besoins de chacun, sont régulièrement diffusées.

Soulignant l’efficacité des actions menées par le GIP ACYMA, le directeur général de la gendarmerie a particulièrement salué la dernière campagne de prévention réalisée sur la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, en lien avec France Télévisions.

Le partenariat étroit avec le GIP ACYMA s’inscrit par ailleurs pleinement dans la stratégie de transformation digitale engagée par la gendarmerie et vient compléter les nombreuses actions déjà mises en œuvre, comme l’intégration au sein du Campus cyber, ou encore la mise en place d’une e-promotion au sein de l’école de sous-officiers de gendarmerie de Chaumont.